Archives du 23 mars 2016

Renseignement intérieur, Michel Canévet : « Plus de coordination et plus de souplesse pour lutter contre le terrorisme »

23 mars 2016

Communiqué

« Plus de coordination et plus de souplesse pour lutter contre le terrorisme »

Michel Canévet, sénateur du Finistère, est intervenu ce jour à l’occasion du débat sur les conclusions du rapport d’information de la commission des Finances sur les moyens consacrés au renseignement intérieur.

Le sénateur a tenu à faire part de sa peine pour les familles endeuillées après les attentats de Bruxelles : « dans les moments difficiles que traverse la Belgique, j’assure les Belges de toute ma compassion ».

Pour Michel Canévet, la lutte contre le terrorisme est une priorité de l’action publique. Ceci implique que les moyens puissent être accrus, même si l’on peut observer que la France comparativement aux autres pays, compte des effectifs importants pour le renseignement intérieur. Aux moyens humains, doivent s’ajouter des moyens matériels pour fonctionner dans des conditions opérationnelles.

Afin de mener ce combat le plus efficacement possible, le sénateur recommande de la souplesse dans les recrutements au sein des services de renseignement : « la lutte contre la cybercriminalité nécessite des profils professionnels spécifiques, ce qui implique de sortir des cadres de recrutement de la fonction publique »

L’organisation du renseignement intérieur demeure trop complexe pour être efficiente. La question de la coordination entre les différents services intervenant dans le domaine de la sécurité, que ce soit au plan financier des douanes ou de l’information sur le territoire est selon le sénateur essentielle : « la réduction de 4 à 2 services serait une bonne chose ».

Le Sénat a adopté le projet de loi relatif à la compétitivité de l’agriculture et de l’agro-alimentaire

23 mars 2016

SÉNAT

Le Sénat a adopté le projet de loi relatif à la compétitivité de l’agriculture et de l’agro-alimentaire ce mercredi après midi contenant diverses dispositions fiscales et sociales, d’étiquetage des produits et de relations contractuelles producteurs-transformateurs.

Ce texte doit maintenant être transmis à l’assemblée nationale.

Dans mon intervention, j’ai rappelé que le groupe UDI union centriste appréciait les évolutions allant dans le sens de l’amélioration de la compétitivité internationale de ce secteur d’activités, mais qu’il faudra poursuivre afin de réduire les distorsions de concurrence par le coût du travail.

 J’ai aussi interpellé le ministre de l’agriculture sur les conséquences des discussions sur les échanges économiques transatlantiques et souhaité une exception pour le secteur agricole afin d’éviter l’invasion de nos marchés par des produits conçus sans respect de conditions de production (traçabilité sanitaire, produits phytosanitaires, OGM…).

senatagro

Lire la suite

Économie bleue

23 mars 2016

Communiqué

 

Économie bleue

Annick Billon, sénatrice de Vendée, et Michel Canévet, sénateur du Finistère, sont intervenus sur la proposition de loi pour l’économie bleue.

Annick Billon a rappelé que « c’était un texte souhaité et attendu par les professionnels du secteur maritime ».

Michel Canévet a, de son côté, appelé à « faire évoluer le plafond de navires détenus par une société de pêche artisanale » afin « d’encourager un développement économique durable et compétitif pour les années à venir ».

La sénatrice de Vendée a fait savoir que ce texte devrait « lever quelques difficultés juridiques et administratives, en donnant aux professionnels plus de liberté dans la poursuite de leur développement économique ».

Cependant, elle a regretté que cette loi « ne soit pas la grande loi maritime » et qu’il faudra « attendre le prochain quinquennat pour qu’une politique ambitieuse et visionnaire soit mise en œuvre ».

Cette future loi devra « permettre à nos grands ports maritimes de se positionner en tête des ports européens » mais aussi « donner à nos pêcheurs les moyens de poursuivre la modernisation de leur profession et de leurs outils de travail, au service d’une gestion durable des ressources halieutiques ».

De son côté, en matière de développement économique, le sénateur du Finistère a indiqué qu’il serait « pertinent de faire évoluer le plafond de navires détenus par une société de pêche artisanale. Celui-ci, fixé à deux, paraît aujourd’hui trop rigide et pénalisant pour le secteur de la pêche artisanale », même si « la limitation à un nombre de navires donné est pour autant importante, dans la mesure où elle permet de garantir le caractère artisanal de ces flottilles ».

De plus, concernant le développement des littoraux, Michel Canévet a demandé à « faire un état des lieux des dispositifs de protection existants, au-delà des études environnementales et de biodiversité », notamment à la suite des engagements du Grenelle de la Mer qui ont abouti à « des dispositions contraignantes, coûteuses et souvent non justifiées qui ne tenaient aucunement compte de l’existant en la matière ».