Économie bleue

23 mars 2016

Communiqué

 

Économie bleue

Annick Billon, sénatrice de Vendée, et Michel Canévet, sénateur du Finistère, sont intervenus sur la proposition de loi pour l’économie bleue.

Annick Billon a rappelé que « c’était un texte souhaité et attendu par les professionnels du secteur maritime ».

Michel Canévet a, de son côté, appelé à « faire évoluer le plafond de navires détenus par une société de pêche artisanale » afin « d’encourager un développement économique durable et compétitif pour les années à venir ».

La sénatrice de Vendée a fait savoir que ce texte devrait « lever quelques difficultés juridiques et administratives, en donnant aux professionnels plus de liberté dans la poursuite de leur développement économique ».

Cependant, elle a regretté que cette loi « ne soit pas la grande loi maritime » et qu’il faudra « attendre le prochain quinquennat pour qu’une politique ambitieuse et visionnaire soit mise en œuvre ».

Cette future loi devra « permettre à nos grands ports maritimes de se positionner en tête des ports européens » mais aussi « donner à nos pêcheurs les moyens de poursuivre la modernisation de leur profession et de leurs outils de travail, au service d’une gestion durable des ressources halieutiques ».

De son côté, en matière de développement économique, le sénateur du Finistère a indiqué qu’il serait « pertinent de faire évoluer le plafond de navires détenus par une société de pêche artisanale. Celui-ci, fixé à deux, paraît aujourd’hui trop rigide et pénalisant pour le secteur de la pêche artisanale », même si « la limitation à un nombre de navires donné est pour autant importante, dans la mesure où elle permet de garantir le caractère artisanal de ces flottilles ».

De plus, concernant le développement des littoraux, Michel Canévet a demandé à « faire un état des lieux des dispositifs de protection existants, au-delà des études environnementales et de biodiversité », notamment à la suite des engagements du Grenelle de la Mer qui ont abouti à « des dispositions contraignantes, coûteuses et souvent non justifiées qui ne tenaient aucunement compte de l’existant en la matière ».

Publié le 23 mars 2016, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :