Plonéour-Lanvern :

8 février 2017

PLONÉOUR-LANVERN

mcecplo.jpg

Une cinquantaine de parents d’élèves se sont retrouvés, mercredi midi, devant l’école maternelle publique, à la sortie des classes, pour dénoncer la suppression d’un demi-poste à la rentrée 2017-2018. La direction académique a décidé de le supprimer, au vu des départs des grandes sections en primaire et du peu d’arrivée prévue en classe de très petite section (dix enfants). Les parents d’élèves ont écrit au maire et à la directrice de l’inspection académique du Finistère pour demander le maintien de ce poste. Ils craignent au contraire le sureffectif des classes à la rentrée. En effet, selon eux, le calcul de la direction académique ne tient pas compte des inscriptions de la deuxième partie de cette année scolaire et des données démographiques de la commune (150 nouveaux logements en cours, accueillant majoritairement une population de jeunes couples. D’autres logements sont encore prévus).

Soixante naissances annuelles
Le maire, Michel Canévet et André Quéau, ont également écrit à la directrice de l’inspection en expliquant la situation démographique de la commune avec ses 60 naissances annuelles, en moyenne. La moitié de ces enfants peut aller, dès l’âge de deux ans, à la maternelle de l’école publique. Ils demandent également de tenir compte du fait que la municipalité de Pont-l’Abbé a décidé de ne plus accueillir les enfants des communes qui ne cotisent pas. C’est le cas de Plonéour. Bien que beaucoup de nouvelles habitations soient proches de Pont-l’Abbé, un service de cars dessert toute la commune. Les effectifs, 113 élèves, et ces inscriptions tardives, confirment la prévision de la directrice de l’école, Sylvie Guéguen, qui avait estimé le nombre d’élèves cette année à 120. La direction académique table uniquement sur 98 élèves. Pour les parents d’élèves, et en cas de retrait du demi-poste, les classes risquent d’être surchargées à la rentrée. Plus de 30 élèves en cas de suppression et déjà 27 élèves en cas
de maintien, « alors que la bienveillance est à l’ordre du jour dans les programmes officiels, l’Éducation nationale supprime des postes », précisent-ils. Et de terminer : « Ce poste étant à 61 % de temps de travail, il serait très difficile de le récupérer par la suite ». La commission paritaire se réunit demain, à Quimper, afin d’arrêter sa décision. Les élus se disent
confiants quant au maintien du demi-poste.

Publié le 8 février 2017, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :