Communiqué de presse du 14 avril 2017


14  avril 2017

Communiqué de presse

mccoif

Le sénateur Michel Canévet a accueilli, ce jeudi au sénat, la délégation finistérienne qui participait aux « 17èmes rencontres de l’Apprentissage » et ses deux accompagnateurs, Monsieur Philippe LOUARN et Madame Magali SAOUZANET.
  • 17èmes Rencontres Sénatoriales de l’Apprentissage :
  • Michel Canévet accueille la délégation finistérienne
  • Les « 17èmes rencontres de l’Apprentissage », organisées au Sénat le jeudi 13 avril dernier, avaient pour thème « Les réussites de l’apprentissage ». L’occasion pour le Sénateur Michel Canévet (UDI-UC) d’accueillir et de dialoguer avec la délégation finistérienne composée cette année de 9 apprenties coiffeuses, actuellement en 1ère année de Brevet Professionnel au Centre de Formation des Apprentis de Quimper.
  • « Ces rencontres sont très importantes à mes yeux car elles témoignent du dynamisme de filières et de formations insuffisamment mises en valeur. Le nombre d’apprentis stagne, voire baisse depuis 2006, et l’apprentissage est encore considéré comme une voie par défaut, alors que sept apprentis sur dix trouvent un emploi durable à la fin de leur formation. Par comparaison, il y a trois fois plus d’apprentis en Allemagne qu’en France… C’est pourquoi il faut renforcer l’attractivité de l’apprentissage, pour les employeurs mais aussi auprès des jeunes », explique le Sénateur. Les discussions, les échanges et les débats entre les apprentis et les Sénateurs ont porté sur trois moments clés : « Faire le choix de l’apprentissage », c’est-à-dire le moment de l’orientation, « Vivre l’apprentissage », à savoir le quotidien dans l’entreprise et enfin « Sortir de l’apprentissage et réussir sa vie d’artisan ».

« Comme l’a rappelé avec pertinence Bernard Stalter, le Président de l’Assemblée permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat, dont je partage l’analyse : « L’apprentissage est la réponse la plus pertinente à l’insertion professionnelle des jeunes. L’apprentissage dans les entreprises artisanales continue d’être une voie de formation inégalable d’intégration sociale et professionnelle : 42 % des chefs d’entreprise artisanale sont issus de l’apprentissage. Ils sont l’illustration quotidienne que l’artisanat est un moteur de promotion sociale. L’apprentissage ne doit pas être le moyen de réduire le nombre de demandeurs d’emploi dans notre pays. C’est avant tout un dispositif de formation afin d’assurer la relève de nos entreprises et la transmission de nos savoir-faire ».

mccoi

Publié le 14 avril 2017, dans Actualités, Communiqués de presse, Finistère, Sénat. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :