Archives du 2 juillet 2019

Déremboursement de l’homéopathie : Le sénateur Michel Canévet y est défavorable

2 juillet 2019

compresse1

Déremboursement de l’homéopathie : Le sénateur Michel Canévet y est défavorable

 

 

Alors que la Haute Autorité de la Santé (HAS) vient de se prononcer en faveur du déremboursement de l’homéopathie, et dans l’attente de la décision de la Ministre des Solidarités et de la Santé, le sénateur Michel Canévet prend position en faveur de l’homéopathie.

«  Depuis plusieurs semaines, je reçois les témoignages de nombreux médecins finistériens qui m’expliquent comment selon eux, professionnels de la santé, l’homéopathie permet de traiter le patient dans sa globalité dans le cadre d’une médecine humaine et écologique, non polluante. Ils reconnaissent que le mode d’action ne s’explique pas encore avec nos connaissances actuelles, mais restent convaincus de ses bienfaits. D’ailleurs près de 60% des français ont déjà utilisé des produits homéopathiques et 72% y croient.

Cela me conforte dans mon analyse.

L’homéopathie permet souvent d’éviter des traitements lourds, tels que les anti-inflammatoires, les somnifères ou les anxiolytiques, ce qui est aussi source d’économie. L’idée selon laquelle le déremboursement permettrait d’ « économiser » 126,8 millions d’euros sur un budget total de plus de 20 milliards de médicaments remboursés -d’après les chiffres de l’Assurance Maladie- s’avère donc contreproductive et pourrait également laisser le champ libre à des pseudos thérapeutes non médecins. De nombreux patients n’y auraient plus accès en cas de déremboursement, sans parler de l’impact d’une telle décision pour les laboratoires.

Enfin, et j’avais eu l’occasion de défendre cette idée lors de l’adoption de la « Loi sur l’organisation de la santé », l’homéopathie représente un intérêt majeur en termes de santé publique. C’est pourquoi, il paraît nécessaire que les étudiants en cycle de médecine soient informés des recours aux prescriptions homéopathiques dans la mesure où une part de plus en plus importante de la population française souhaite recourir à ce type de prescriptions ».