Archives de Catégorie: Bretagne

Congrès national de la fédération des centres de gestion (CDG) à La Baule afin d’échanger sur l’évolution des modes de gestion territoriaux

6 juin 2018

LA BAULE

mccdg

Congrès national de la fédération des centres de gestion (CDG) à La Baule afin d’échanger sur l’évolution des modes de gestion territoriaux

Plonévez-Porzay : Actions menées pour lutter contre la prolifération des algues vertes en baie de Douarnenez

5 juin 2018

PLONÉVEZ-PORZAY

mcplonevez1

En Mairie de Plonévez Porzay, le Maire Paul Divanach a présenté au Ministre Sébastien Lecornu les actions menées pour lutter contre la prolifération des algues vertes en baie de Douarnenez. La visite sur le terrain a permis de constater l’absence totale d’algues vertes sur la plage, montrant les résultats du travail mené.

Le #Senat aux couleurs de la #Bretagne

23 mai 2018

SENAT

mcfb

Le aux couleurs de la , apéritif avec des produits du terroir : galettes de sarrasin, cidre ou encore andouilles de Guéménée ! Une belle fête bretonne

Vaste rassemblement d’ARKEA Crédit mutuel de Bretagne, à Paris

17 mai 2018

PARIS

mcarkea

Vaste rassemblement d’ARKEA Crédit mutuel de Bretagne, de Bastille à Bercy, pour affirmer le projet d’indépendance et d’ancrage régional du groupe bancaire, pour que tout ne se décide pas à Paris.
mcarkea2
Rassemblement des parlementaires bretons dans le défilé ARKEA de Bastille à

Beau spectacle de kitesurf et de surfeurs sur le spot de La Torche en Bretagne ce dimanche

13 mai 2018

PLOMEUR

mctorche

Beau spectacle de kitesurf et de surfeurs sur le spot de La Torche en Bretagne ce dimanche.

Rencontre à la SCAPECHE de Lorient

11 mai 2018

LORIENT

mcscapeche1

Avec Jacques Le Nay, Sénateur du Morbihan, nous avons rencontré Jean-Pierre Le Visage, directeur des armements SCAPECHE & COMATA à Lorient pour évoquer l’actualité maritime. 1er armement français à la pêche, SCAPECHE, filiale du groupe Intermarché, est un acteur majeur engagé sur différents métiers à la pêche (chalut, palangre, casier, bolinche). Recrutement de marins, conséquences du BREXIT,  politique communautaire des pêches et stratégies d’investissement, ont été au coeur de nos échanges nourris.
mcscapeche2

Rivières bretonnes : le SOS des propriétaires de moulins

  1. 4 mai 2018

BRETAGNE

Depuis une vingtaine d’années, le ministère de l’Écologie et des associations de protection de l’environnement poussent à la roue afin que les propriétaires de moulins effacent les barrages et déversoirs pour rendre aux rivières leurs lits naturels. Une aberration selon la Fédération française des associations de sauvegarde des moulins.

La continuité écologique des cours d’eau ne cesse, depuis quelques années, de faire des remous parmi les quelque 10 000 adhérents à la Fédération française des associations de sauvegarde des moulins (FFAM). « On accuse ces constructions qui font partie intégrante de notre patrimoine de tous les maux », explique Michel Diebold, conseiller juridique à la FFAM et propriétaire avec sa femme d’un moulin à Plouguin dans le Nord-Finistère.

« France nature environnement et les fédérations de pêche, poursuit-il, avancent que les digues construites pour endiguer l’eau empêchent les poissons migrateurs de remonter en amont pour se reproduire. C’est faux. Il a été démontré qu’un saumon pouvait remonter 3,50 m à la verticale si la lame d’eau était suffisante. Et puis les retenues d’eau qui ont été aménagées pour alimenter les moulins sont autant de zones où les poissons peuvent se réfugier l’été quand les niveaux d’eau deviennent trop critiques dans la rivière. Ces soutiens d’étiage ne sont pas à négliger. Les ouvrages permettent aussi de brasser et d’oxygéner correctement l’eau et ainsi éviter l’eutrophisation. En fait, c’est l’inverse, nous sommes les garants d’une certaine stabilité environnementale. Les zones humides, qu’elles soient naturelles ou artificielles, sont autant de sanctuaires pour la faune. Il a même été prouvé que les retenues jouaient un rôle prépondérant dans la dénitrification des eaux ».

« Nos ouvrages ne sont pas infranchissables »

Et Michel Diebold de produire les résultats d’une étude rédigée par Patrice Cadet, ancien directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement et actuel président de la FFAM. On peut y lire qu’avant le XIXe siècle, seuls les poissons sauvages n’étaient en aucun cas gênés par les petits seuils édifiés pour alimenter les moulins. Les choses se sont corsées après 1850 avec la construction de hauts barrages. « Nos ouvrages ne sont pas infranchissables. Qu’on nous laisse tranquille ».

D’après Patrice Cadet, si la ressource des rivières a pris une claque ces dernières années, il faut plutôt regarder du côté des effets néfastes de l’agriculture intensive, des pesticides, des perturbateurs endocriniens et aussi du réchauffement climatique. Concernant les populations de saumon, il faut aussi prendre en compte la pollution des océans et la surpêche en mer.

Arrêter l’incitation à la destruction

Pour la FFAM, il est impérieux d’arrêter cette politique d’incitation à la destruction. « Si un propriétaire s’engage dans cette voie, l’État lui assure qu’il prendra les travaux à sa charge. S’il refuse, de 50 à 60 % de l’aménagement du site restera à sa charge ». Ces travaux sont très onéreux : plus de 200 000 euros généralement pour effacer un déversoir ou une digue.

Comme beaucoup d’autres propriétaires de moulins, Michel Diebold estime que l’État n’a jamais engagé de véritable réflexion sur le potentiel énergétique que représentent les cours d’eau. Même si les sites dotés de turbine ne sont pas concernés par ces travaux de continuité des cours d’eau. « Une politique incitative permettrait de développer cette production, assure le conseiller de la FFAM. Cela pourrait représenter au niveau national une ou deux tranches de centrale nucléaire ».

Un sénateur finistérien s’interroge

Michel Diebold regrette que son association ne soit pas représentée au sein des comités de gestion des poissons migrateurs (Cogepomi). « Nous pourrions faire part de nos travaux de nos réflexions. C’est complètement illogique mais c’est volontaire ».

 

Autre sujet d’inquiétude, soulevé par le sénateur finistérien Michel Canévet cette fois-ci, le flou qui existe sur l’interprétation que font les services de l’État d’une disposition législative qui fait autorité, dans ces dossiers. Lors d’une question au Sénat, le 15 mars, ce dernier avait souligné que cette note n’avait jamais été publiée au journal officiel et qu’elle n’avait jamais été signée. « Un comble dans un état de droit », conclut Daniel Diebold.

© Le Télégramme

http://www.letelegramme.fr/bretagne/rivieres-bretonnes-le-sos-des-proprietaires-de-moulins-04-05-2018-11953811.php#A9FeAMreqTFgrwIw.99

Rencontre à Locminé sur la vue des gens en Bretagne demain

19 avril 2018

LOCMINE

mclocmine

Rencontre à Locminé sur la vue des gens en Bretagne demain, à l’initiative de Pierre Méhaignerie avec toutes les forces vives et intellectuelles de la région

Très beau temps sur Lesconil et l’Atlantique ce dimanche. Une mer iodée et tonique

15 avril 2018

LESCONIL

mclesconil

Très beau temps sur Lesconil et l’Atlantique ce dimanche. Une mer iodée et tonique

Tourisme : on ralentit et on se parle

14 avril 2018

QUIMPER

La fédération finistérienne des offices de tourisme (24 structures) a invité, la semaine passée, lors de son assemblée générale à Quimper, le géographe Luc Mazuel à dessiner le paysage de l’office de tourisme de demain.

mctourisme

« Il y a une révolution en cours », a expliqué le maître de conférence, Luc Mazuel. « La demande des visiteurs est en plein changement. Le challenge pour les offices est de devenir des médiateurs du local car le contact humain redevient une valeur forte. Le problème est que les personnels ont le nez dans le guidon face à la pression financière, aux exigences des élus. Il y a un manque de temps pour penser l’avenir, proposer du sur-mesure pour répondre aux attentes. Les offices devront pourtant réfléchir à ce qui est leur compétence irremplaçable, l’ingénierie touristique locale, pour proposer une mise en scène d’un territoire ».

Vers le « slow tourisme »
« La demande va aussi vers le  » slow tourisme « , c’est-à-dire une demande basée non plus sur une consommation effrénée mais sur la qualité du territoire et de la relation humaine. Les offices doivent être là pour créer ce lien. En France, ce sont les espaces ruraux qui n’avaient pas d’alternatives qui ont le plus avancé dans ce domaine. Des régions ont aussi été boostées par le récent remue-ménage territorial. C’est le cas de l’Occitanie. C’est un peu plus compliqué pour les territoires comme la Bretagne qui sont restés plus figés ».

L’exemple quimpérois
L’intervention du maire de Quimper a illustré les dynamiques en cours. Plusieurs signaux sont au vert dans la capitale de la Cornouaille. Dont la montée en puissance de l’office de tourisme de Quimper devenu le deuxième en Bretagne avec 300.000 visiteurs par an depuis son implantation dans le centre-ville. Ludovic Jolivet a aussi présenté deux initiatives innovantes. La Maison des conducteurs (dans l’ancien office) sera ouverte pour accueillir les autocaristes « qui sont aussi des prescripteurs de destinations » (salles de restauration, de repos, pour l’entretien et le nettoyage des cars). Par ailleurs une conciergerie (espace bagage, bébé, toilettes…) ouvrira dans le centre-ville, près de l’office avec un personnel dédié. Le service aux visiteurs s’enrichit ainsi concrètement, au-delà de la simple promotion touristique.

Texte et photo Ronan Larvol « Le Télégramme »

Cyrille Le Roux, 3ème génération de dirigeant de la société LE ROUX, grossiste en matériels et matériaux pour le bâtiment en Bretagne

13 avril 2018

mcleroux

Cyrille Le Roux, 3ème génération de dirigeant de la société LE ROUX, grossiste en matériels et matériaux pour le bâtiment en Bretagne fête les 80 ans de la société qui emploie 80 personnes. Un bel exemple d’une entreprise familiale ancrée dans le terroir breton, ouverte et commerçant avec la France entière.

Autour du Maire de #gouesnou @stephaneroudaut, Maurice et Dominique présentent les actions menées par l’association Gouesnou-Mali

13 avril 2018

GOUESNOU

mcgouesnou

Autour du Maire de #gouesnou @stephaneroudaut, Maurice et Dominique présentent les actions menées par l’association Gouesnou-Mali en coopération décentralisée sur la commune de Bossofala, à 60km au NO de Bamako, depuis 12 ans. Accompagnement de projets d’équipements scolaires, création d’accès à l’eau. En projet pour l’eau et l’assainissement dans les 2 ans à venir, 18 puits traditionnels, 136 latrines et une mobilisation de la population sur ces projets pour les impliquer et concrétiser avec eux.

Cercle « Ar Vro Vigoudenn » à Pont-l’Abbé

9 avril 2018

PONT-L’ABBE

mcbrod

La reine des brodeuses, 1ère demoiselle d’honneur de la reine de Cornouaille, la dynamique Présidente du cercle ar vro vigoudenn @gwenrichard a été fêtée à Pont-l’Abbé avec de nombreux représentants de la culture régionale bretonne.

Aux Capucins de Brest, l’union des industries du métal UIMM du Finistère présente les formations aux métiers de l’industrie

9 avril 2008

BREST

mccapucins

Aux Capucins de Brest, l’union des industries du métal UIMM du Finistère présente les formations aux métiers de l’industrie pour les 650 entreprises qu’elle représente afin de faire face veux besoins en compétences des #industrielsengages

40 ans après la pollution des côtes bretonnes par l’Amoco Cadiz, le syndicat Vigipol poursuit le soutien aux collectivités territoriales

9 avril 2018

mcamoco

40 ans après la pollution des côtes bretonnes par l’Amoco Cadiz, le syndicat Vigipol poursuit le soutien aux collectivités territoriales pour prévenir les risques de catastrophe maritime et de pollution du littoral. L’expérience bretonne peut désormais être partagée au niveau national et européen.

Conseil territorial de santé du Finistère à Plogonnec pour faire le point sur le projet régional de santé 2018-2022 de Bretagne

6 avril 2018

PLOGONNEC

mcars

Conseil territorial de santé du Finistère à Plogonnec pour faire le point sur le projet régional de santé 2018-2022 de Bretagne. L’occasion aussi de rappeler la consultation en cours sur le site de l’ARS Bretagne sur la cartographie de la démographie médicale bretonne

Les sénateurs bretons ont rencontré hier M. Francis ROL-TANGUY qui s’est vu confier par la Ministre des Transports, Mme Elisabeth Borne, une mission d’appui aux collectivités territoriales pour l’élaboration d’un projet stratégique pour les mobilités du Grand Ouest.

5 avril 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE

mccompressrtanguy

Rencontre au Sénat avec Francis Rol-Tanguy, missionné par la Ministre des transports pour évaluer les attentes et besoins de l’ouest

3 avril 2018

SENAT

mcrtang

Rencontre au Sénat avec Francis Rol-Tanguy, missionné par la Ministre des transports pour évaluer les attentes et besoins de l’ouest suite à l’abandon du projet ND des Landes. J’ai rappelé Brest et Quimper à 3h de Paris en train, des liaisons aériennes fiables de Brest et Quimper et le très haut débit au plus vite

Langues régionales : Div Yezh mobilise les élus bretons

31 mars 2018

QUIMPER

mclbret

L’association des parents d’élèves des écoles publiques bilingues de Bretagne (Div Yezh Breizh) avait convié samedi les élus bretons (parlementaires, conseillers régionaux, départementaux et représentants des associations de maires) à une réunion de travail à
Quimper.

La réponse a été pour le moins limitée car seuls deux députés : Paul Molac (56) et Yannick Kerlogot (22) tous deux du groupe La République en Marche à l’assemblée nationale, un sénateur, Michel Canévet (UDI), la vice-présidente du Conseil départemental du Finistère chargé de la langue bretonne Solange Creignou (PS) et l’adjoint au maire quimpérois également en charge du dossier, Jean-Pierre Doucen (UDI), ont répondu.

Aucun député finistérien LREM n’a répondu à l’invitation, l’élue de la circonscription Annaig Le Meur se contentant de déléguer un attaché parlementaire. Généraliser l’offre Rémi Toulhoat, président de Div Yezh Breizh, a plaidé pour une généralisation de l’enseignement bilingue sur toute la Bretagne, à l’image de ce qui existe en Corse.

Car la dynamique est réelle. À la rentrée dernière, le taux de progression dans la filière bilingue publique a été de 7 %. « Il faudrait
une offre dans chaque commune bretonne ou des facilités pour les parents d’envoyer leurs enfants sur des sites proches, a-t-il expliqué.

C’est une question d’aménagement du territoire et de développement local ». Cette généralisation est, pour lui, indispensable pour l’avenir car elle porte ses fruits. « En Cornouaille jusqu’à la rentrée dernière, il y avait seulement un élève bilingue sur deux en primaire qui rejoignait une classe bilingue en 6e, faute d’offre suffisante.

L’an passé suite à l’ouverture de trois filières à Briec, Douarnenez, Pont-l’Abbé, on est passé à 90 %. Cela montre l’importance de l’offre de proximité pour la langue ». Il a ajouté que le Schéma pluriannuel départemental mis en place par le Finistère, devait être un modèle pour les autres départements.

Les parlementaires présents ont réaffirmé leur volonté d’agir pour que le gouvernement entende ces demandes.

Le Télégramme : Photo et texte Ronan Larvor

 

Cérémonie d’hommage au colonel Arnaud Beltrame à l’école de gendarmerie de Châteaulin.

28 mars 2018

CHATEAULIN

mcbeltram

Cérémonie d’hommage au colonel Arnaud Beltrame à l’école de gendarmerie de Châteaulin. Le colonel Saulnier, commandant l’école, a rappelé aux élèves gendarmes le sens du dévouement et l’honneur de l’attitude du colonel Beltrame lors de la prise d’otages de Trèbes.

Difficultés de réception de la TNT à Penmarc’h, au Guilvinec et à Plomeur

21 mars 2018

COMMUNIQUE DE PRESSE

canevet1

Difficultés de réception de la TNT à Penmarc’h, au Guilvinec et à Plomeur :

L’ANFR confirme au sénateur Michel CANEVET le versement d’aides

Alerté par les problèmes rencontrés par les habitants de Penmarc’h, du Guilvinec et de Plomeur pour recevoir la TNT, le sénateur Michel CANEVET (Union centriste) avait saisi en novembre dernier Gilles BREGANT, le Directeur Général de l’Agence Nationale des Fréquences. Celui-ci vient de lui confirmer que, depuis le 12 mars 2018, des aides financières versées par cet organisme sont désormais ouvertes aux habitants afin de modifier leur équipement de réception de télévision.

Situées en limite de réception de l’émetteur de Brest-Roc-Trédudon, voire en zone blanche, les communes du Guilvinec, de Plomeur et de Penmarc’h connaissent depuis longtemps des difficultés de réception de la TNT. Une situation qui avait amené le Sénateur Michel Canévet à contacter l’Agence Nationale des Fréquences.

Dans un courrier reçu ce mercredi, le Directeur Général de l’ANFR vient de lui confirmer que depuis le 12 mars 2018, l’ANFR a décidé d’ouvrir des aides financières lorsque les habitants de ces trois communes subissent des perturbations de façon pérenne.

Elles sont accordées pour une période de six mois, jusqu’au 11 septembre 2018, sans condition de ressources, en habitat individuel (résidence principale uniquement) ou collectif. Abondé en décembre 2017, le fonds d’accompagnement de la réception télévisuelle permettra à l’ANFR d’octroyer des aides allant jusqu’à 250 € TTC maximum pour les particuliers et 500 € TTC maximum pour les gestionnaires d’immeubles.

Pour tout renseignement : www.recevoirlatnt.fr et remplir un formulaire en ligne ou appeler le 0970.818.818 (appel non surtaxé).

Réponse ANFR 1.jpg

Réponse ANFR 2

 

 

 

 

Plonéour-Lanvern : présentation du Sénat à 2 classes de l’école élémentaire publique

19 mars 2018

PLONEOUR-LANVERN

mcplonel

Intervention pour présenter le Sénat devant 2 classes de l’école élémentaire publique de Plonéour-Lanvern afin de préparer leur visite du palais du Luxembourg en avril. Des élèves attentifs et curieux de mieux connaître nos institutions.

Finistère : Les élus du département unis à Paris

7 mars 2018

mcelusdepartsenat

Les élus départementaux du Finistère autour de Michel Canévet, Sénateur, au Sénat le 7 mars 2018

Depuis 10 h, ce mercredi matin 7 mars, les élus départementaux du Finistère ont rejoint Paris et la Maison de la Bretagne. Il s’agit de défendre l’accessibilité de la pointe bretonne.

Dans un monde où tout va de plus en plus vite, la liaison TGV entre Rennes et Paris a fait reculer la pointe bretonne. D’un coup, il suffit d’1 h 30 pour relier la Seine à la Vilaine, tandis que de la gare de Rennes aux quais de Brest et de Quimpeŕ, pour la même distance, comptez 2 h 15 en moyenne. À l’heure du TGV Bordeaux-Paris en deux heures, les élus de Basse-Bretagne ont vu rouge.

Fin janvier, à l’unanimité, les élus du conseil départemental votaient pour défendre l’accessibilité de la Bretagne alors que le rapport Duron sur les transports reportait les études pour des lignes bretonnes à grande vitesse à 2038… La CCI, l’Université de Bretagne occidentale (UBO), l’association des maires du Finistère, et le lobby entrepreneurial investir en Finistère apportaient leurs soutiens.

Train, routes, aéroports

Avec l’arrêt du projet de Notre-Dame-des-Landes, toutes les cartes sont rebattues… Et la Bretagne doit s’imaginer un avenir qui passe par le train à grande vitesse, une RN 164 à deux fois deux voies, mais aussi des aéroports et du numérique, pensent ces conseillers départementaux de la pointe bretonne.

C’est dans ce contexte que les 54 élus du Département ont fait aujourd’hui le déplacement à Paris. En train, bien sûr. Pour faire porter leur voix.

Tous bords politiques

À Montparnasse, ils peuvent se dire que rien n’est gagné. Que le combat sera long. Même si des soutiens de tous bords politiques arrivent. À 11 h, Marc Le Fur, député LR, et les sénateurs finistériens Maryvonne Blondin (PS), Jean-Luc Fichet (PS), Philippe Paul LR) et Michel Canévet (UDI) ainsi que le député LREM, Didier Le Gac, sont sur place à la Maison de la Bretagne. Parmi les autres élus présents, Alain Masson représente la Métropole brestoise. La droite brestoise a aussi fait le déplacement en la personne de Bernadette Malgorn. Pierre Morin, nouveau directeur de la CCI du Finistère représente Franck Bellion, président de la CCI. Cécile Nay, élue départementale et maire de Gouézec, parle pour l’association des maires du Finistère.

« C’est l’attractivité de notre région qu’il faut mettre en avant »

La rencontre prévue avec Barbara Pompili, députée et présidente de la commission d’aménagement du territoire, est tombée à l’eau. La parlementaire n’était plus disponible pour le rendez-vous qui devait se tenir vers midi. Cette après-midi, les élus bretons vont au Sénat.

Nathalie Sarrabezolles donne le cap : « Je pense aux entreprises du Finistère mais aussi à tous les jeunes qui n’ont pas de voiture. C’est l’attractivité de notre région qu’il faut mettre en avant. Nous allons continuer à avancer avec la région Bretagne. Nous voulons la reprise du comité de pilotage Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne – Pays de la Loire. Nous voulons que les moyens soient inscrits dans les contrats de plan État région. Que nous posions des jalons pour les trois barreaux, au nord et au sud, et entre Rennes et Nantes. »

Un seul LREM

Christian Troadec (régionaliste) lance « un appel à tous les parlementaires LREM du Finistère ». Seul Didier Le Gac a fait le déplacement. Sandrine Le Feur s’est excusée. « Il est important qu’ils relayent notre démarche », ajoute le maire de Carhaix qui précise : « Oui, nous parlons d’une seule voix, celle de Nathalie Sarrabezolles. »

Armelle Huruguen (PS, majorité départementale), défend un service public « qui ne fait pas de ratios sur les rails qui servent aussi aux TER ».

Maël de Calan (LR, président de l’opposition de droite au Département), demande que la Région Bretagne ne signe pas le contrat de plan État région tant que les trois heures entre Paris et le Finistère n’y sont pas inscrites. « Il faut des buts de guerre nets et précis. »

« La Région Bretagne doit être plus vindicative »

Pour Alain Masson, « le département a besoin de porte-voix pour montrer ce travail de fond de l’accessibilité du Finistère. Est-ce déraisonnable de demander les trois heures de Paris quand Bordeaux-Paris, c’est deux heures ? Trois ou quatre milliards d’euros ? Oui, c’est dur à trouver, mais il s’agit bien de deux lignes, une au nord et une au sud. Nous demandons un échéancier raisonnable pour avoir ces trois heures. Restons unis. Et je demande à la Région Bretagne d’être plus vindicative pour le Finistère. »

Pour Marc Le Fur, député LR, « cette affaire n’est pas que finistérienne, à l’heure où l’agglomération rennaise se développe. Il faut que nous soyons très présents au cours du débat sur la mobilité dans les assemblées. Tous les combats bretons sont partis du Finistère. Il faut élargir si nous voulons gagner. On a beaucoup de sujets  : le CMB Arkéa, la carte judiciaire… »

Bernadette Malgorn insiste : « Il faut faire pression. Il ne suffit pas de dire que nous avons le droit de…. Nous avons besoin de gagner 42 minutes sur 3 h 42. »

 Maryvonne Blondin donne dans le même registre : « Il faut que la Bretagne ne soit pas simplement un arc atlantique qui passe par Caen, Rennes et Nantes. »
mceldep
Les élus départementaux du Finistère à Paris (Ouest-France)

Ouest-France

Shaker festival à Plonéour-Lanvern ce week-end

3 mars 2018

PLONEOUR-LANVERN

mcsh

Shaker festival à Plonéour-Lanvern ce week-end.

De la musique des années 30, des battles de swing, bruitages et diverses animations. Bravo au jeune festival.

Inauguration de la maison médicale et du restaurant scolaire à Guiclan par le Maire Raymond Mercier

2 mars 2018

GUICLAN

mcguiclan1

Inauguration de la maison médicale et du restaurant scolaire à Guiclan par le maire Raymond Mercier.

Des projets novateurs au sens du recours à une SCIC et de l’épargne locale pour la maison médicale et d’une chaudière à bois pour le restaurant municipal anticipant la transition énergétique.

mcguiclan2

 

Rencontre de parlementaires bretons autour du Président de la Région Bretagne afin d’échanger sur les dossiers : désenchantement, logement, numérique…

22 février 2018

rencparlbret

Rencontre de parlementaires bretons autour du Président de la Région Bretagne afin d’échanger sur les dossiers : désenchantement, logement, numérique…

Mobilisation des élus et responsables socio-professionnels au Conseil Départemental du Finistère pour l’attractivité et l’accessibilité de la Bretagne occidentale

19 février 2018

QUIMPER

mccd1902

Mobilisation des élus et responsables socio-professionnels au Conseil Départemental du Finistère pour l’attractivité et l’accessibilité de la Bretagne occidentale : l’amélioration de la desserte ferroviaire, Quimper et Brest à 3h de Paris, l’achèvement du plan routier breton décidé en 1969 par le Général de Gaulle, l’aménagement des plate-formes aéroportuaires suite à l’abandon du projet Notre Dame des Landes, et le déploiement du très haut débit sur la région.
Michel Canévet : « Nous ne sommes pas au bout du désenclavement de la Bretagne. Il faut que l’ensemble des éléments soit pris en compte et en particulier la Bretagne occidentale. Ce sont des investissements porteurs d’avenir et nécessaires pour ne pas avoir une Bretagne à deux vitesses. La mobilisation montre la volonté des Bretons quelle que soit la sensibilité politique pour des sujets extrêmement mobilisateurs ».

Assemblée générale du réseau produit en Bretagne à Rennes

16 février 2018

RENNES

mcprodbret

Assemblée générale du réseau produit en Bretagne à Rennes. Plus de 1000 acteurs économiques et quelques élus bretons pour soutenir et accompagner la démarche exemplaire de cette association qui, depuis 25 ans, organise la coopération et promotion des produits made in breizh. A sa tête Loic Hénaff, patron de l’entreprise éponyme de Pouldreuzic s’implique fortement pour améliorer les relations producteurs/transformateurs/distributeurs au service des consommateurs.

Ce week end, célébration du titre de 2ème demoiselle d’honneur de Cornouaille au château de Lanniron à Quimper

16 février 2018

QUIMPER

mclanniron

 

Ce week end, célébration du titre de 2ème demoiselle d’honneur de Cornouaille au château de Lanniron à Quimper, avec ma collègue Maryvonne Blondin. Venant des Eostiged ar Stangala, Carole a gravi tous les échelons depuis son enfance. C’est un groupe de danse qui mise sur la transmission et la modernité de notre culture de Cornouaille et de Bretagne.

Christian Roche a présenté son documentaire de 24mn30 « les enfants de la baille » à Pont-l’Abbé

9 février 2018

PONT L’ABBE

mcenfbaille

Christian Roche a présenté son documentaire de 24mn30 « les enfants de la baille » relatant les jeunes sportifs du pôle espoir surf du lycée Laennec de Pont l’abbé : une vraie pépite de champions. C’était aussi pour Ronan Chatain l’occasion de présenter l’étape 2018 de la junior pro la Torche qui rassemblera du 9 au 13 mai prochain sur le spot de la Torche en Plomeur, l’élite européenne des surfers de – 18 ans. En objectif, l’accueil des sports de glisse lors des JO de 2024 : pari lancé !

Le lycée agricole du Nivot et le Maire de Lopérec ont inauguré samedi sur la place de l’église la stèle dédiée à Iffig Nekejust

3 février 2018

LOPEREC

mcnivot

Le lycée agricole du Nivot et le Maire de Lopérec ont inauguré samedi sur la place de l’église la stèle dédiée à Iffig Nekejust pour améliorer l’accès à internet pour les 250 élèves de la 4ème à la licence et les enseignants de cet établissement important pour le tissu agricole de Bretagne.

Voeux des bretons de Paris au Sénat

31 janvier 2018

PARIS

bretparis

Les bretons de Paris, fédérés au sein de Paris Breizh média, ont présenté leur voeux cette fin janvier au Sénat sous la présidence de Paul Bure et les croquis de Nono. L’occasion de réaffirmer notre attachement au désenclavement de la Bretagne péninsulaire, à un aménagement harmonieux en adaptant la loi littoral, en soulignant la vitalité culturelle de notre région incarnée par la présence de Dan ar Braz.

nono1

Intervention lors d’un colloque du forum international de la cyber sécurité à Lille

23 janvier 2018

LILLE

mclille

Intervention lors d’un colloque du forum international de la cyber sécurité à Lille.

La carte des cyber acteurs en Bretagne bien représentée

23 janvier 2018

LILLE

carte cyber bret

La carte des cyber acteurs en Bretagne, pôle d’excellence s’appuyant sur les ressources civiles et militaires. La Bretagne bien représentée au FIC de Lille, le salon international de la cyber sécurité.

Cérémonie des voeux à la maison de la Bretagne à Montparnasse

17 janvier 2018

PARIS

bretmontp

Cérémonie des voeux à la maison de la Bretagne à Montparnasse. Le Président de Région appelle à ne pas baisser les bras sur le désenclavement de la Bretagne suite à la décision du Gouvernement concernant ND des Landes et à se mobiliser pour les alternatives et la transition énergétique par notamment la démarche COP Breizh.

Abandon du projet de Notre Dame des Landes : Michel Canévet déplore le renoncement gouvernemental

17 janvier 2018

Communiqué de Presse

canevet1

Quimper, le 17 janvier 2018

Communiqué de presse

Abandon du projet de Notre Dame des Landes :
Michel Canévet déplore le renoncement gouvernemental

L’abandon du Projet de l’Aéroport de Notre-Dames-des-Landes, annoncé en début d’après-midi par le Premier Ministre Edouard PHILIPPE, fait réagir le sénateur Michel CANEVET (Union Centriste) qui était favorable à cet aéroport et déplore cette décision dont il conteste, tant sur la forme que sur le fond, le bien fondé.

« A l’issue de consultations approfondies, ce qu’il convient de saluer dans la démarche, le Gouvernement vient d’annoncer la décision de ne pas édifier l’aéroport du grand ouest à Notre Dame des Landes. Nous ne pouvons que déplorer cette décision, qui ne prépare pas l’avenir avec les meilleurs atouts.

Le Premier Ministre met en avant « un contexte d’opposition exacerbée entre deux parties presque égales de la population et l’impasse dans laquelle se trouvait le dossier » pour justifier sa décision, rappelle Michel CANEVET. Mais c’est faire fi des procédures judiciaires favorables aux défenseurs du projet, du référendum du 26 juin 2016 et des arguments défendu le 8 janvier dernier par des parlementaires du grand ouest devant le Premier Ministre lui-même ».

Pour Michel Canévet, « cet abandon pur et simple, outre son coût financier, stoppe le développement économique du Grand Ouest, car l’on sait déjà qu’un éventuel réaménagement de l’aéroport de Nantes n’empêchera pas sa saturation sous une dizaine d’années, sans parler des problèmes de nuisances sonores et d’impacts sur l’environnement, de l’accessibilité à l’aéroport de plus en plus difficile, de l’engorgement quasi permanent du pont de Cheviré, sans oublier les problèmes récurrents de stationnement sur le site aéroportuaire. La proximité de l’agglomération nantaise va devenir un frein au développement de cet aéroport, appelé à normalement transporter plus de passagers.

Les élus ont l’obligation de prévoir, et préparer l’avenir. C’est bien dans cette optique que l’aéroport de NDDL a été conçu. Les acteurs économiques du grand ouest l’ont bien compris, ayant ardemment souhaité cette place aéroportuaire, bien sûr pour le trafic passagers, mais aussi pour développer le fret, car nos deux régions ligériennes et bretonnes sont exportatrices, en particulier de produits frais et ultra frais, ou de haute valeur.

L’abandon de ce projet conduit donc à limiter les capacités exportatrices de nombreuses entreprises, dans de bonnes conditions de proximité. La résultante en est une toujours plus grande dépendance des places aéroportuaires parisiennes, Orly et surtout Roissy. La vision jacobine de l’organisation du territoire va donc prévaloir une fois de plus, puisque nous allons dépendre de Paris pour nos déplacements et le transfert partiel de nos marchandises.

Aujourd’hui, 3 outils sont indispensables pour le développement du grand ouest : un véritable aménagement numérique, une desserte ferroviaire modernisée vers Nantes et les pointes de la Bretagne, et l’aéroport du grand ouest. Renoncer, c’est, hélas, accroître les difficultés pour vivre, entreprendre et se développer dans l’ouest ».