Archives de Catégorie: Environnement

Feu vert du Sénat à la construction d’éoliennes sur les îles bretonnes

18 juillet 2018

SENAT

canevet1

Feu vert du Sénat à la construction d’éoliennes sur les îles bretonnes

Le Sénat a donné son feu vert mercredi à la construction d’éoliennes sur les territoires alimentés en électricité par des groupes électrogènes fonctionnant au fioul, satisfaisant ainsi une demande des élus bretons.

Les sénateurs ont adopté deux amendements voisins en ce sens de Michel Canévet (UC, Finistère) et Joël Labbé (écologiste, appartenant au RDSE, Morbihan) au projet de loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN).

« Notre pays comprend des territoires comme les îles de Sein et d’Ouessant, alimentées par des groupes électrogènes fonctionnant au fioul« , a souligné M. Canévet. « La réglementation en vigueur rend difficile la mise en place d’une production d’énergie renouvelable dans ces territoires exigus », a-t-il ajouté en soulignant l’intérêt d’un « mix énergétique à partir d’éoliennes, de solaire et peut-être d’hydroliennes pour préserver la qualité de l’air ».

« Ces îles non connectées sont alimentées par des centrales au fioul », a plaidé M. Labbé. « Cette dérogation à la loi Littoral, encadrée, nous semble pleinement justifiée si l’on veut que ces îles restent des lieux de vie », a-t-il dit.

En revanche, le ministre de la cohésion territoriale Jacques Mézard a donné un avis défavorable. « N’ouvrons pas la boîte de Pandore », a-t-il dit. « Ces amendements montrent bien qu’il y a toujours une bonne raison de vouloir une dérogation ! Si on les prenait toutes en compte, il n’y aurait plus de loi Littoral ».

« Je vous rassure, ce n’est pas la mafia bretonne vertueuse qui est à l’oeuvre », lui a répondu Françoise Gatel (UC, Ille-et-Vilaine). « Refuser toute construction, c’est condamner ces îles à la désertification! N’opposons pas la loi Littoral et transition énergétique », a-t-elle lancé.

Entamé mardi, l’examen en première lecture du projet de loi ELAN déjà adopté à l’Assemblée est prévu pour durer jusqu’au 24 juillet au Sénat. Mais, a mis en garde la présidente de la commission des Affaires économiques Sophie Primas (LR), « au rythme où nous allons, à dix amendements par heure, il nous reste 80 heures de débat ». Plus de 1.100 amendements ont été déposés sur le texte.

Le projet de loi ÉLAN relatif au logement, examiné au Sénat a permis des évolutions de la loi littoral

18 juillet 2018

SENAT

mcelan

Le projet de loi ÉLAN relatif au logement, examiné au Sénat a permis des évolutions de la loi littoral pour favoriser l’urbanisation des terrains en rétro littoral déjà construits et permettre les activités économiques sur les Communes littorales.

Plonévez-Porzay : Actions menées pour lutter contre la prolifération des algues vertes en baie de Douarnenez

5 juin 2018

PLONÉVEZ-PORZAY

mcplonevez1

En Mairie de Plonévez Porzay, le Maire Paul Divanach a présenté au Ministre Sébastien Lecornu les actions menées pour lutter contre la prolifération des algues vertes en baie de Douarnenez. La visite sur le terrain a permis de constater l’absence totale d’algues vertes sur la plage, montrant les résultats du travail mené.

A Mespaul, inauguration des aménagements urbains réalisés par les Communes de Mespaul et Plougoulm sur le hameau de Sainte Catherine

2 juin 2018

MESPAUL

mcmespaul

A Mespaul,  inauguration des aménagements urbains réalisés par les Communes de Mespaul et Plougoulm sur le hameau de Sainte Catherine.
mcmespaul1

Samedi 2 juin, aux côtés de Gilles Quénéhervé, sous-préfet de Morlaix, Bernard Floch, maire, a accueilli les maires des communes du canton, les élus et chefs d’entreprise ayant participé aux travaux de rénovation de la voirie de Sainte-Catherine. En présence de Michel Canévet (sénateur), Sylvaine Vulpiani (conseillère régionale), Joëlle Huon (vice-présidente du conseil départemental), Aline Chevaucher et Maël De Calan (conseillers départementaux), Nicolas Floch (président de Haut-Léon Communauté) et Franck Deveaux (suppléant de la députée Sandrine Le Feur), le maire a retracé la riche histoire du village avant d’indiquer que les travaux inaugurés cette fois-ci ont représenté la seconde tranche d’une rénovation d’ensemble entamée sous son prédécesseur, Jacques Moal, présent lui aussi, tout comme Patrick Guen, maire de Plougoulm, commune sur laquelle est située la partie nord de Sainte-Catherine.

Projet d’une bande piétonne de Sainte-Catherine jusqu’au complexe sportif

La première partie avait été refaite en 2013, du cœur du village jusqu’à la Départementale en direction de Plouvorn, tandis que cette seconde partie a été effectuée en deux phases : du centre-bourg vers le rond-point, puis de la chapelle vers la Départementale côté Plougoulm en direction de Ty-Korn.

L’ensemble est désormais rénové à l’identique (enrobé sur la route, aménagement et fleurissement des parterres, passages cyclistes, trottoirs, places de stationnement). Dans ce domaine des travaux, une bande piétonne est maintenant en projet de Sainte-Catherine jusqu’au complexe sportif.

© Le Télégramme

Soirée des lauréats du #reseauentreprendre

4 mai 2018

PARIS

mcreseauentreprendre

A la soirée des lauréats du #reseauentreprendre, Jean-Louis Étienne présente son projet Polar Pod d’un bateau polaire vertical qui mènera des observations scientifiques en 2021. « Soyez les explorateurs engagés de votre temps, pour être les acteurs du monde de demain » Jean-Louis Etienne, témoin de la soirée des lauréats du #reseauentreprendre »
mcreseauentreprendre1
Soirée des lauréats du #reseauentreprendre à la Bourse de Paris pour récompenser les projets entreprenariaux dynamiques notamment par les usages numériques.

Rivières bretonnes : le SOS des propriétaires de moulins

  1. 4 mai 2018

BRETAGNE

Depuis une vingtaine d’années, le ministère de l’Écologie et des associations de protection de l’environnement poussent à la roue afin que les propriétaires de moulins effacent les barrages et déversoirs pour rendre aux rivières leurs lits naturels. Une aberration selon la Fédération française des associations de sauvegarde des moulins.

La continuité écologique des cours d’eau ne cesse, depuis quelques années, de faire des remous parmi les quelque 10 000 adhérents à la Fédération française des associations de sauvegarde des moulins (FFAM). « On accuse ces constructions qui font partie intégrante de notre patrimoine de tous les maux », explique Michel Diebold, conseiller juridique à la FFAM et propriétaire avec sa femme d’un moulin à Plouguin dans le Nord-Finistère.

« France nature environnement et les fédérations de pêche, poursuit-il, avancent que les digues construites pour endiguer l’eau empêchent les poissons migrateurs de remonter en amont pour se reproduire. C’est faux. Il a été démontré qu’un saumon pouvait remonter 3,50 m à la verticale si la lame d’eau était suffisante. Et puis les retenues d’eau qui ont été aménagées pour alimenter les moulins sont autant de zones où les poissons peuvent se réfugier l’été quand les niveaux d’eau deviennent trop critiques dans la rivière. Ces soutiens d’étiage ne sont pas à négliger. Les ouvrages permettent aussi de brasser et d’oxygéner correctement l’eau et ainsi éviter l’eutrophisation. En fait, c’est l’inverse, nous sommes les garants d’une certaine stabilité environnementale. Les zones humides, qu’elles soient naturelles ou artificielles, sont autant de sanctuaires pour la faune. Il a même été prouvé que les retenues jouaient un rôle prépondérant dans la dénitrification des eaux ».

« Nos ouvrages ne sont pas infranchissables »

Et Michel Diebold de produire les résultats d’une étude rédigée par Patrice Cadet, ancien directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement et actuel président de la FFAM. On peut y lire qu’avant le XIXe siècle, seuls les poissons sauvages n’étaient en aucun cas gênés par les petits seuils édifiés pour alimenter les moulins. Les choses se sont corsées après 1850 avec la construction de hauts barrages. « Nos ouvrages ne sont pas infranchissables. Qu’on nous laisse tranquille ».

D’après Patrice Cadet, si la ressource des rivières a pris une claque ces dernières années, il faut plutôt regarder du côté des effets néfastes de l’agriculture intensive, des pesticides, des perturbateurs endocriniens et aussi du réchauffement climatique. Concernant les populations de saumon, il faut aussi prendre en compte la pollution des océans et la surpêche en mer.

Arrêter l’incitation à la destruction

Pour la FFAM, il est impérieux d’arrêter cette politique d’incitation à la destruction. « Si un propriétaire s’engage dans cette voie, l’État lui assure qu’il prendra les travaux à sa charge. S’il refuse, de 50 à 60 % de l’aménagement du site restera à sa charge ». Ces travaux sont très onéreux : plus de 200 000 euros généralement pour effacer un déversoir ou une digue.

Comme beaucoup d’autres propriétaires de moulins, Michel Diebold estime que l’État n’a jamais engagé de véritable réflexion sur le potentiel énergétique que représentent les cours d’eau. Même si les sites dotés de turbine ne sont pas concernés par ces travaux de continuité des cours d’eau. « Une politique incitative permettrait de développer cette production, assure le conseiller de la FFAM. Cela pourrait représenter au niveau national une ou deux tranches de centrale nucléaire ».

Un sénateur finistérien s’interroge

Michel Diebold regrette que son association ne soit pas représentée au sein des comités de gestion des poissons migrateurs (Cogepomi). « Nous pourrions faire part de nos travaux de nos réflexions. C’est complètement illogique mais c’est volontaire ».

 

Autre sujet d’inquiétude, soulevé par le sénateur finistérien Michel Canévet cette fois-ci, le flou qui existe sur l’interprétation que font les services de l’État d’une disposition législative qui fait autorité, dans ces dossiers. Lors d’une question au Sénat, le 15 mars, ce dernier avait souligné que cette note n’avait jamais été publiée au journal officiel et qu’elle n’avait jamais été signée. « Un comble dans un état de droit », conclut Daniel Diebold.

© Le Télégramme

http://www.letelegramme.fr/bretagne/rivieres-bretonnes-le-sos-des-proprietaires-de-moulins-04-05-2018-11953811.php#A9FeAMreqTFgrwIw.99

Lancement à Brest dans le site IFREMER de l’expérimentation en site marin du prototype d’éolienne offshore sur flotteurs au 1/10ème

21 avril 2018

BREST

mcifremer

Lancement à Brest dans le site IFREMER de l’expérimentation en site marin du prototype d’éolienne offshore sur flotteurs au 1/10ème. C’est Marc GUYOT et la société EOLINK qui portent ce projet soutenu par Finistère Angels. Au lieu d’un mat unique fixé au sol, l’éolienne repose sur 4 socles et des flotteurs. J’ai salué cette initiative au service de l’économie et de la transition énergétique de la France.
mclegacifremer
Avec Didier Le Gac député et Marc GUYOT Eolink