Archives de Catégorie: Agriculture et pêche

J’assiste, ce matin à Saint-Guénolé, au baptême du Danny Finn, le nouveau bâteau de l’armement La Houle

26 novembre 2021

SAINT GUÉNOLÉ

J’assiste, ce matin à Saint-Guénolé, au baptême du Danny Finn, le nouveau bâteau de l’armement La Houle. Ce chalutier de 25 mètres pêchera dès les prochains jours la lotte et la langoustine à l’Ouest de l’Irlande.

Discussion générale du Projet de Loi de Finances 2022 : Le sénateur Michel Canévet refuse le plan de sortie de flotte

19 novembre 2021

Discussion générale du Projet de Loi de Finances 2022 :

Le sénateur Michel Canévet refuse le plan de sortie de flotte

A l’occasion de la discussion générale de la première partie du Projet de loi de Finances pour 2022, le sénateur centriste du Finistère Michel Canévet (Union Centriste) est intervenu, au nom de son groupe, pour défendre plusieurs thématiques dont la baisse du pouvoir d’achat et la meilleure maîtrise des dépenses publiques. Il a également rappelé son soutien aux transporteurs maritimes mais également fait part de son inquiétude concernant la filière pêche et de son refus d’un éventuel plan de sortie de flotte.

S’agissant des armateurs et transporteurs maritimes, dont la Brittany Ferries, qui ont beaucoup souffert du Covid, le sénateur Michel Canévet se dit « satisfait, en tant que breton, que des dispositions soient prises dans ce Projet de loi de finances, pour affirmer l’ambition maritime de notre pays, notamment son article 8 ».

Cet article prévoit ainsi plusieurs dispositions fiscales favorables pour ce secteur. « Certaines demanderont sans doute à être un peu améliorées pour leur bonne efficacité », a précisé Michel Canévet qui a d’ailleurs lui-même déposé des amendements portant notamment sur le régime forfaitaire de la taxe au tonnage.

Puis, comme il avait déjà eu l’occasion de le faire lors de la séance des questions au Gouvernement de la semaine dernière, le sénateur Michel Canévet a une nouvelle fois soutenu la filière pêche. Face à l’attitude britannique dans la crise du Brexit, il considère que la position de repli qui consisterait en un plan de sortie flotte pour les pêcheurs qui en subiraient les conséquences est tout simplement « inacceptable ».

« Il ne faut pas que l’on s’arrête à des plans de sorties de flotte (comme l’a annoncé la Ministre de la Mer lors des Assises de la pêche) car cela signifierait une réduction de l’effort de pêche et donc une diminution de l’activité. Cela ne manquerait pas d’impacter également l’approvisionnement. Ce n’est pas bon pour le domaine maritime. »

Retrouvez l’intégralité de cette intervention sur le lien :

http://videos.senat.fr/senat/2021/11/encoder1_20211118144550_1_11977170_12304432.mp4

Cet après-midi, dans le cadre de la séance des Questions au Gouvernement

10 novembre 2021

SÉNAT

Cet après-midi, dans le cadre de la séance des Questions au Gouvernement, je suis intervenu sur l’Etat d’avancement des négociations sur la pêche avec le Royaume-Uni.

Retrouvez ici mon intervention et la réponse de Monsieur Clément Beaune, le Secrétaire d’État chargé des Affaires européennes.

État d’avancement des discussions sur la pêche : Le Ministre Clément Beaune répond en séance au Sénateur Michel Canévet

10 novembre 2021

État d’avancement des discussions sur la pêche :

Le Ministre Clément Beaune répond en séance au Sénateur Michel Canévet

Ce mercredi après-midi, dans le cadre de la séance consacrée aux Questions au Gouvernement, le sénateur du Finistère Michel Canévet (Union centriste) a interrogé le gouvernement concernant l’état d’avancement des discussions sur le dossier de la pêche avec les britanniques. C’est Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes qui lui a répondu.

« La France est un grand pays maritime et nous avons intérêt à préserver le potentiel qui en découle. Nous pensions que les accords de la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne avaient été bien négociés, or 200 navires n’ont toujours pas la capacité d’aller pêcher dans les eaux britanniques et anglo-normandes. Ce n’est pas normal, a rappelé le sénateur Michel Canévet et d’insister sur la mise en place de mesure de rétorsion. « Rien n’a été réglé. Où en est-on précisément de la situation ? Et quelles mesures complémentaires pourraient être prises, notamment pour le mareyage ? »

« Vous avez raison de souligner la gravité de cette situation. Nous partageons votre préoccupation et agissons. Mais le problème n’est pas l’accord négocié mais sa non-application et son non-respect, a tout d’abord souligné Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes. « Nous ne pouvons pas aller au-delà de ce qui a été négocié et ratifié par les parlements européens et britanniques. Depuis 10 mois avec Annick Girardin, la Ministre de la mer, les élus des trois régions concernées (Hauts de France, Normandie et Bretagne) et les professionnels, nous travaillons à l’obtention des licences de pêches.

Nous les avons intégralement obtenues pour la Zone Economique Exclusive. Il en manque environ 200 licences soit provisoires, soit qui n’ont pas du tout été octroyées. Nous continuons à nous battre sans relâche avec la Ministre. Nous avons annoncé que nous étions prêts à prendre des mesures de rétorsion ce qui a amené à une nouvelle phase de dialogue, notamment avec Lord Frost, le négociateur britannique du Brexit.

Deux points posent problème : les petits navires de moins de 12 mètres pour lesquels les preuves de géolocalisation n’existent pas, nous l’avons redit au Britannique, ce n’est pas prévu par l’accord. Et concernant les navires de remplacement, les britanniques ajoutent là aussi des critères qui n’étaient pas prévus initialement.

Nous demandons une application stricte de ces accords. Nous serons aussi ouverts que possible et fermes que nécessaire. Dans cette attente, nous accompagnons évidemment le secteur de la pêche avec un plan qui est le plus important d’Europe de 100 millions d’euros pour que la filière puisse faire face à ces difficultés temporaires. Nous devons aux pêcheurs qu’ils puissent reprendre leur activité ». 

Un constat partagé par le sénateur Michel Canévet, pour qui malgré tout, « cela fait 11 mois que cela dure et il est temps que des solutions soient apportées.

La France a voulu faire preuve de fermeté depuis le début novembre. Je crois qu’il convient de mettre en œuvre des mesures de rétorsion, pour obtenir satisfaction. Plus le temps passe et moins nous avons de perspectives et les inquiétudes ne cessent de monter sur les quais.

Il est important que des solutions soient trouvées avant les assises de la mer et des produits de la mer organisées à Saint Pol de Léon la semaine prochaine, sous peine de voir un effort de pêche sur d’autres zones se mettre en place. Il est temps d’agir rapidement ».

Retrouvez l’intégralité de cette intervention sur le lien :

http://videos.senat.fr/streaming/encoder1/source_2588558_4098817_4376048.mp4

Jean-Jacques Hénaff, ancien Président de la société éponyme, a reçu de son épouse, les insignes d’officier de la légion d’honneur

4 novembre 2021

POULDREUZIC

Jean-Jacques Hénaff, ancien Président de la société éponyme, a reçu de son épouse, les insignes d’officier de la légion d’honneur lors d’une cérémonie familiale. C’est sur proposition du Ministre de l’économie, des finances et de la relance, par décret du 31 décembre 2020, qu’il avait été promu au grade d’officier, dans l’ordre de la légion d’honneur, la plus haute distinction française. Cette distinction, méritée, récompense plus de 50 années au service de l’agroalimentaire breton, de l’emploi en pays de Pouldreuzic et d’investissement dans des organisations professionnelles

Pierre Yves Jestin, Président de la coopérative SAVEOL a été décoré de l’ordre national du mérite

2 novembre 2021

PLOUGASTEL DAOULAS

Pierre Yves Jestin, Président de la coopérative SAVEOL a été décoré de l’ordre national du mérite, au grade de chevalier, par Guillaume Roué à Plougastel Daoulas.

Le groupe d’études pêche du Sénat a été installé en auditionnant le Président du comité national des pêches maritimes et des élevages marins Gérard Romiti

28 octobre 2021

SÉNAT

Le groupe d’études pêche du Sénat a été installé en auditionnant le Président du comité national des pêches maritimes et des élevages marins Gérard Romiti, avec comme préoccupation principale les échanges avec les britanniques sur l’accès aux zones de pêche.

À Saint Pol de Léon, la SICA vient d’inaugurer sa nouvelle plateforme logistique et de conditionnement pour traiter 200 000 tonnes de légumes

10 octobre 2021

SAINT POL DE LÉON

À Saint Pol de Léon, la SICA vient d’inaugurer sa nouvelle plateforme logistique et de conditionnement pour traiter 200 000 tonnes de légumes. Un outil de 70 000 m2 bâtis pour valoriser la production de près d’1 millier d’exploitations engagées pour la valeur ajoutée en Bretagne.

À Vannes, le 37ème salon national de la conchyliculture s’ouvre ce mardi sur 2 jours pour valoriser ces activités maritimes essentielles en Bretagne

14 septembre 2021

VANNES

À Vannes, le 37ème salon national de la conchyliculture s’ouvre ce mardi sur 2 jours pour valoriser ces activités maritimes essentielles en Bretagne, gages de la qualité des eaux littorales. Des entreprises finistériennes sont présentes dont l’entreprise Cotten, qui recherche 20 personnes en production, et les chantiers Gléhen, incarné sur place par 2 générations, Yves et Pierre Yves, spécialiste de la construction navale en Finistère.

À Loctudy, la commune a magnifiquement revalorisé le site de l’ancienne conserverie Alexis Le Gall, tout près du port

14 septembre 2021

LOCTUDY

À Loctudy, la commune a magnifiquement revalorisé le site de l’ancienne conserverie Alexis Le Gall, tout près du port. Le site est exceptionnel par la conservation des matériels de production et une présentation attractive du fonctionnement de l’entreprise.

Réunion de travail au comité national des pêches et des élevages marins à Paris avec la Sénatrice Nadège Have

29 juin 2021

PARIS

Réunion de travail au comité national des pêches et des élevages marins à Paris avec la Sénatrice Nadège Havet et les députés Annaïg Le Meur, Erwan Balanant, Graziella Melchior et Liliana Tanguy afin d’échanger sur les questions maritimes, essentiel Finistère.

A la cidrerie Kerné à Pouldreuzic, les candidats Tristan Brehier et Catherine Le Floch de la liste Nous la Bretagne

7 juin 2021

POULDREUZIC

A la cidrerie Kerné à Pouldreuzic, les candidats Tristan Bréhier et Catherine Le Floch de la liste Nous la Bretagne conduite par Thierry Burlot ont pu échanger sur la filière cidricole en Bretagne, les appellations d’origine contrôlée comme la Cornouaille et l’impact économique de ces productions locales.

Avec les dirigeants des chantiers Gléhen à Douarnenez, les candidats Tristan Bréhier Catherine Le Floch de la liste Nous la Bretagne

7 juin 2021

DOUARNENEZ

Avec les dirigeants des chantiers Gléhen à Douarnenez, les candidats Tristan Bréhier Catherine Le Floch de la liste Nous la Bretagne conduite par Thierry Burlot ont évoqué l’importance d’une vraie politique maritime en Bretagne afin de valoriser notre littoral et de diversifier les activités sur l’ensemble de la région.

En commission des finances au Sénat, le rapporteur spécial Bernard Delcros (UC Cantal) présente un rapport sur les algues vertes en Bretagne

26 mai 2021

SÉNAT

En commission des finances au Sénat, le rapporteur spécial Bernard Delcros (UC Cantal) présente un rapport sur les algues vertes en Bretagne. Il formule 23 recommandations, notamment celle de poursuivre et d’amplifier les programmes de l’ETAT pour améliorer l’efficience de la lutte contre la prolifération des algues vertes. J’ai souligné la qualité de son analyse et de ses propositions en rappelant les nombreux efforts déjà réalisés par les agriculteurs dans les bassins versants.

A l’invitation des jeunes agriculteurs du Finistère, j’ai visité avec la députée Annaig Le Meur et le Maire de Plonéis Christian Coroller, l’exploitation laitière de Stéphane Cornec

23 février 2021

PLONÉIS

A l’invitation des jeunes agriculteurs du Finistère, j’ai visité avec la députée Annaig Le Meur et le Maire de Plonéis Christian Coroller, l’exploitation laitière de Stéphane Cornec. C’était l’occasion de faire le point sur la Loi Egalim, à parfaire pour permettre aux agriculteurs de mieux vivre du prix de leurs productions, et les problématiques d’installation et d’investissement en agriculture.

Secondes rencontres du transmanche à Armateurs de France

11 février 2021

FINISTERE

Secondes rencontres du transmanche à Armateurs de France et par visio conférence afin d’échanger avec les opérateurs (BAI, DFDS, Getlink) du trafic transmanche sur les difficultés actuelles et la préparation du post Covid.

Réunion de travail au Sénat avec Nadège Havet (Finistère) et Nathalie Goulet (Orne) autour de Jean Marc Roué, président de Brittany Ferries

29 octobre 2020

SÉNAT

reusen

Réunion de travail au Sénat avec Nadège Havet (Finistère) et Nathalie Goulet (Orne) autour de Jean Marc Roué, président de Brittany Ferries afin d’évoquer la situation et les perspectives de la compagnie maritime, acteur majeur du désenclavement de la Bretagne et de la Normandie.

Au Lycée Agricole et forestier du Nivot à Lopérec et Brasparts, La Poste de Bretagne réimplante 3ha de boisements en compensation carbone

5 octobre 2020

LOPÉREC

Au Lycée Agricole et forestier du Nivot à Lopérec et Brasparts, La Poste de Bretagne réimplante 3ha de boisements en compensation carbone. Une belle réalisation saluée par le Président de l’assemblée nationale, en présence des Président et directeur de l’école, de responsables de La Poste du Finistère et de Bretagne. L’occasion pour moi de participer concrètement à cette opération en plantant un arbre.

A Pouldergat, dans les jardins de la Mairie clos d’un beau mur de pierre, 2 artistes photographes montrent les éleveurs laitiers de la Commune sur leur exploitation

12 juillet 2020

POULDERGAT

poulder

A Pouldergat, dans les jardins de la Mairie clos d’un beau mur de pierre, 2 artistes photographes montrent les éleveurs laitiers de la Commune sur leur exploitation. La production laitière est une activité exigeante, pas assez rémunératrice encore, mais forge les paysages de Bretagne.

Assemblée générale de l’Institut Nautique de Bretagne (INB) à Concarneau, présidé par Xavier Pagnier et dirigé par Laurent Winisky.

9 juillet 2020

CONCARNEAU

inst

Assemblée générale de l’Institut Nautique de Bretagne (INB) à Concarneau, présidé par Xavier Pagnier et dirigé par Laurent Winisky. A l’heure où un Ministere de la mer est re-créé dans le nouveau gouvernement Castex, cet outil de formation dans le domaine nautique est important pour affirmer la vocation maritime de la Bretagne et développer les compétences dans les métiers de la mer.

À Saint Ségal, la chambre d’agriculture du Finistère a réuni les élus du département afin d’évoquer les dégâts sur les cultures et la souveraineté alimentaire

3 juillet 2020

SAINT SÉGAL

santseg2

À Saint Ségal, la chambre d’agriculture du Finistère a réuni les élus du département afin d’évoquer les dégâts sur les cultures et la souveraineté alimentaire.

saintseg

Inauguration de la nouvelle scénographie d’Haliotika, la cité de la pêche présidée par Daniel Le Balc’h

6 mars 2020

GUILVINEC

halio

Inauguration de la nouvelle scénographie d’Haliotika, la cité de la pêche présidée par Daniel Le Balc’h, créée en 2000 par la Commune du Guilvinec et son Maire d’alors, Hélène Tanguy. Une très belle présentation de la vie à bord d’un hauturier et de la filière pêche, en souhaitant que cela donne envie à beaucoup de jeunes de rejoindre cette filière et le très beau, mais exigeant, métier de marin-pêcheur. 20 ans déjà et une expo-site à voir absolument.

L’entreprise ADEL services, gérée par la famille Tirilly spécialisée dans l’élagage et le déchiquetage de bois pour les filières bio-Énergie, emploie 20 personnes

29 février 2020

PLONÉOUR-LANVERN

adel

L’entreprise ADEL services, gérée par la famille Tirilly spécialisée dans l’élagage et le déchiquetage de bois pour les filières bio-Énergie emploie 20 personnes et dispose d’un parc de matériels de très haut niveau de performance pour entretenir nos boisements.

Au salon international de l’agriculture, rencontres sur les stands de Saveol pour évoquer le secteur d’activité de la tomate, de Prince de Bretagne

26 février 2020

PARIS

saveol

Au salon international de l’agriculture, rencontres sur les stands de Saveol pour évoquer le secteur d’activité de la tomate, de Prince de Bretagne avec le Maire Conseiller Régional de Quéméneven où les légumes de saison sont valorisés notamment les choux fleurs, et sur le stand de la filière pêche avec le Président national de la conchyliculture.

Réunion de travail sur la mission grands ports maritimes au Sénat

26 février 2020

SÉNAT

ports

Réunion de travail sur la mission grands ports maritimes au Sénat avec l’audition de représentants de la SNCF transport de fret et de l’agence des participations de l’État.

Rencontre avec la filière cidricole, cidres de France, à l’occasion du salon international de l’agriculture

25 février 2020

PARIS

cidre

Rencontre avec la filière cidricole, cidres de France, à l’occasion du salon international de l’agriculture afin de faire le point avec les producteurs de cette filière forte en France, + de 9000ha de vergers de pomme à cidre, et beaucoup d’acteurs dans les territoires comme la Bretagne.

La mission sénatoriale sur les grands ports maritimes visite le port de Rouen, qui accueille sur la Seine des navires jusqu’à 290 mètres de long et 24 millions de tonnes de marchandises

24 février 2020

ROUEN

rouen

La mission sénatoriale sur les grands ports maritimes visite le port de Rouen, qui accueille sur la Seine des navires jusqu’à 290 mètres de long et 24 millions de tonnes de marchandises. Rouen est un port d’intérieur à 120 kms de la mer.

rouen3

Déplacement de la mission sénatoriale sur le grand port maritime du Havre, 1er port de containers (60% du trafic) en France

24 février 2020

LE HAVRE

havre

Déplacement de la mission sénatoriale sur le grand port maritime du Havre, 1er port de containers (60% du trafic) en France à la rencontre des acteurs portuaires.

Agroscopie de l’agriculture en Finistère par CERFRANCE, à Quimper. Une analyse utile des résultats économiques des exploitations agricoles

19 février 2020

QUIMPER

cerfrance

Agroscopie de l’agriculture en Finistère par CERFRANCE, à Quimper. Une analyse utile des résultats économiques des exploitations agricoles.

Réunion de travail au Sénat avec des agriculteurs, dont André Le Du éleveur à Briec de l’Odet

22 janvier 2020

SÉNAT

agriledu

Réunion de travail au Sénat avec des agriculteurs, dont André Le Du éleveur à Briec de l’Odet, qui souhaitent recourir à des plantes médicinales dans leur exploitation.

À Saint Renan, le Ministre de l’intérieur et les syndicats agricoles signent une convention de collaboration avec la gendarmerie

13 décembre 2019

SAINT RENAN

casta

À Saint Renan, le Ministre de l’intérieur et les syndicats agricoles signent une convention de collaboration avec la gendarmerie nationale pour prévenir et mieux identifier les entrées illégales dans les exploitations agricoles.

Réponse de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation

5 décembre 2019

SÉNAT

canevet1

Conséquences d’un « Brexit dur » sur l’industrie de transformation du poisson : Réponse de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation

Question n° 09036 adressée à M. le ministre de l’agriculture et de
l’alimentation Publiée le : 21/02/2019

Texte de la question : M. Michel Canévet attire l’attention de M. le
ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur les potentielles conséquences d’un retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, sans accord préalable, sur l’industrie de transformation du poisson. À quelques semaines du retrait britannique de l’Union européenne, la perspective d’un « Brexit dur », c’est-à-dire sans accord de sortie négocié entre les deux parties, semble de plus en plus probable. Les autorités françaises ont déjà pris un certain nombre de mesures pour se prémunir des conséquences d’un tel retrait. L’industrie du poisson fait toutefois face à des difficultés portant sur la possibilité d’acquérir au Royaume-Uni du poisson non disponible en France, pour le distribuer sur le marché national. Les potentielles conséquences sont de trois ordres : tarifaire, logistique et social. Sur le plan tarifaire, en l’absence d’accord sur la sortie du Royaume-Uni, on ne peut écarter la possibilité d’augmentation des droits de douane, allant jusqu’à 25 % pour le maquereau. S’agissant des questions logistiques, un « Brexit dur » aurait comme conséquence de ralentir les routes d’approvisionnement, tout en les rendant moins souples, alors que la filière d’importation de poisson a besoin d’un circuit d’approvisionnement rapide. Enfin, sur le plan social, il n’est pas à exclure que certaines entreprises du secteur soient contraintes de passer en régime d’arrêt temporaire d’activité ; en cela, le délai de préavis administratif constitue un frein et une lourdeur pour ces entreprises dont la gestion opérationnelle s’effectue parfois au jour le jour. Il lui demande donc quelles sont les solutions envisagées par le Gouvernement pour faire face à un tel scénario, et protéger les entreprises françaises du secteur de la transformation du poisson.

Réponse de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation
À publier le : 04/04/2019, page 1811

Texte de la réponse : En cas de sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), les entreprises de transformation de produits de la mer pourraient être confrontées, comme de nombreuses autres filières, à des difficultés d’approvisionnement, tant au regard des quantités que des délais. L’objectif premier du Gouvernement et du Conseil de l’UE est de pouvoir parvenir à un accord à l’issue des négociations menées par M. Michel Barnier. Dans le cas d’une sortie sans accord du Royaume-Uni, pour faire face aux difficultés induites pour l’industrie de transformation du poisson, les mesures mobilisables relèvent des procédures existantes applicables à toutes les entreprises. Ainsi, le dispositif d’activité partielle peut être mobilisé dans les cas de suspension temporaire d’activité, notamment imputable à l’existence d’une conjoncture économique défavorable ou à des difficultés d’approvisionnement en matières premières. L’aide versée dans ce cadre, à l’entreprise, permet de prendre en charge le salaire des employés, dans la limite de 1 000 heures par salarié et par an, à hauteur de 54,18 euros par jour. L’instruction des dossiers, présentés par les entreprises, est assurée par les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Par ailleurs, les entreprises pourront, comme cela est habituellement le cas pour tenir compte de situations exceptionnelles auxquelles elles sont confrontées, solliciter une adaptation de l’échéancier du paiement des cotisations sociales auprès des organismes de sécurité sociale. Au-delà des soutiens financiers que l’État peut apporter, il relève de la responsabilité des entreprises d’évaluer leur impact au Brexit et d’en déduire les mesures internes de préparation adaptées. Pour les accompagner dans ce travail et les aider à anticiper les impacts potentiels ainsi que les démarches à suivre, le Gouvernement a publié des guides pédagogiques et des foires aux questions, ainsi que mis en place des adresses mail génériques. Toutes ces informations sont disponibles sur le portail interministériel http://www.brexit.gouv.fr.

Réponse de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation : les choucas

5 décembre 2019

SENAT

canevet1

Réponse de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation : les choucas

Question n° 12334 adressée à M. le ministre de l’agriculture et de
l’alimentation Publiée le : 26/09/2019

Texte de la question : M. Michel Canévet attire l’attention de M. le
ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la montée en puissance des ravages dus aux choucas des tours (corvus monedula), espèce d’oiseau de la famille des corvidés. La population des choucas a fortement augmenté depuis les années 1990 et provoque de nombreux dommages aux cultures. Dans une réponse à une question écrite n° 10 747 sur ce sujet, en date du 27 juin 2019 (Journal officiel des questions du Sénat, p. 3 408), le ministère de la transition écologique et solidaire avait reconnu l’importance de ce phénomène, notamment dans les départements bretons et plus particulièrement le Finistère. Pour autant, seule une augmentation du prélèvement est envisagée, de l’ordre de 7 000 oiseaux. Si cette solution peut s’avérer intéressante, parallèlement à une étude approfondie aboutissant à une meilleure connaissance de cet oiseau, il n’en demeure pas moins que celle-ci ne peut s’envisager qu’à long terme. Or, dès aujourd’hui, de nombreux agriculteurs connaissent des préjudices économiques importants. Ainsi, la plus importante coopérative agricole bretonne estime que 25 % des surfaces de maïs sont concernées par ces dégâts et plus de 3 000 hectares ont dû être ressemés. Face à cette situation, et à défaut de déclassement des choucas dont on peut se demander s’il doit demeurer une espèce protégée au vu du nombre croissant et significatif d’individus, de nombreux organismes agricoles (chambres d’agriculture, syndicats, coopératives…) souhaitent que soit mise en œuvre, à court terme, une indemnisation des agriculteurs qui, confrontés à ce phénomène, subissent un préjudice économique. Aussi, compte tenu de cette situation sensible, il souhaite savoir si cette solution est envisageable.

Réponse de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation
À publier le : 28/11/2019, page 5923

Texte de la réponse : Le choucas des tours qui est classé en « préoccupation mineure » sur la liste rouge nationale de 2016, est cependant une espèce protégée en France par l’arrêté du 29 octobre 2009 relatif à la liste des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire et aux modalités de leur protection. À ce titre, sa destruction est interdite sauf dérogation prévue à l’article L. 411.2 et suivants du code de l’environnement. Cette espèce est également inscrite à l’annexe II/2 de la directive communautaire sur la conservation des oiseaux sauvages, la France ne faisant pas partie des États membres qui ont autorisé la chasse de cette espèce. Dans l’Ouest de la France, et notamment dans certains départements bretons, la population de choucas a effectivement fortement augmenté depuis les années 1990 et occasionne des dommages aux cultures (semis de maïs, pois, pomme de terre et ensilage). Afin de limiter ces dégâts, des dérogations à l’interdiction de destruction de l’espèce sont accordées dans le Finistère depuis 2007, et dans les Côtes-d’Armor et le Morbihan, plus récemment. Ainsi, des prélèvements accompagnés de mesures d’effarouchement ont été autorisés. Ils sont notamment effectués par les lieutenants de louveterie qui ont consacré dans ces départements l’essentiel de leurs interventions à cette opération. Une maîtrise à long terme des populations de choucas des tours implique des méthodes raisonnées de prévention et de lutte, et devra passer également, entre autres, par la réduction de l’accès aux ressources alimentaires à l’échelle des exploitations agricoles. Compte tenu de la situation, un scientifique va être engagé pour comprendre la dynamique de l’espèce à l’échelle régionale, la dispersion des individus sur le territoire et la recherche de solutions efficaces pour réduire durablement les dommages sur les productions agricoles. Une première étude, dont le cahier des charges est en train d’être mis au point sous l’égide de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Bretagne en lien avec le conseil national de la protection de la nature, est d’ordre ornithologique et portera notamment sur les aspects de la dynamique et de la dispersion de population de choucas.

À Quimper, visite de l’exploitation porcine de Jérome et Estelle Jacob afin de présenter leur démarche de production bio

3 décembre 2019

QUIMPER

exporc

À Quimper, visite de l’exploitation porcine de Jérome et Estelle Jacob afin de présenter leur démarche de production bio dont la commercialisation est principalement assurée par le groupement de producteurs Bretagne Viandes Bio (BVB), outre la production directe.

À Brest, le Ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse inaugure le campus des métiers de l’industrie navale

30 novembre 2019

BREST

blanquerbrest

À Brest, le Ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse inaugure le campus des métiers de l’industrie navale regroupant tous les acteurs industriels de cette filière dynamique et porteuse pour la Bretagne.

Pour les 120 ans de l’almanach du Marin breton, le réseau social créé par Jacques de Thézac, un point a pu être fait sur l’activité de l’œuvre du Marin breton

23 novembre 2019

BREST

jthezac

Pour les 120 ans de l’almanach du Marin breton, le réseau social créé par Jacques de Thézac, un point a pu être fait sur l’activité de l’œuvre du Marin breton qui a aidé les de 1000 familles de marins par des dons ou prêts sans intérêt ces 10 dernières années grâce aux 12000 exemplaires vendus de l’almanach. L’almanach est désormais dédoublé avec des ouvrages côtiers, s’est associé au Routard pour l’édition d’un guide d’accueil dans les ports et envisage d’évoluer en fonds de dotation pour aussi accompagner la formation des marins.