Archives de Catégorie: Sénat

Examen de différentes missions budgétaires au Sénat

28 novembre 2020

SÉNAT

Examen de différentes missions budgétaires au Sénat où je note le maintien pour la 10ème année consécutive des dotations au fonctionnement du Parlement et déplore l’engorgement des juridictions administratives.

Au Sénat, soirée budgétaire consacrée à la mission aide publique au développement, dont je suis le co-rapporteur spécial de la commission des finances avec le Sénateur du Lot Jean Claude Requier

27 novembre 2020

SÉNAT

e

Au Sénat, soirée budgétaire consacrée à la mission aide publique au développement, dont je suis le co-rapporteur spécial de la commission des finances avec le Sénateur du Lot Jean Claude Requier. En séance, le Ministre Jean-Yves Le Drian annonce la présentation le 16 décembre en Conseil des Ministres du projet de loi de programmation de l’aide publique au développement de la France, un projet attendu pour mieux préciser les orientations d’actions de nos acteurs dont l’Agence Française de Développement.

Lors de l’examen du PLFR4, le Sénateur Michel Canévet demande au gouvernement une approche territoriale plus souple des contraintes du confinement

16 novembre 2020

SÉNAT

Lors de l’examen du PLFR4, je demande au gouvernement une approche territoriale plus souple des contraintes du confinement pour permettre à de nombreux commerces et services qui préfèrent fonctionner avec leur chiffre d’affaires plutôt que par des prêts ou subventions.

Commission des finances pour l’examen du budget 2021 en particulier la transformation publique

10 novembre 2020

SÉNAT

Commission des finances pour l’examen du budget 2021 en particulier la transformation publique.

Choucas des Tours

5 novembre 2020

Ravages agricoles et choucas des Tours :

Le sénateur Michel Canévet interroge la Ministre chargée de la biodiversité

Lors de la séance des questions orales, ce jeudi matin, le sénateur Michel Canévet du Finistère (Union Centriste) a interrogé le gouvernement sur la problématique récurrente des ravages agricoles dus au Choucas des Tours. Dans sa réponse, Bérangère Abba, la Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, lui a rappelé les actions menées pour combattre ce fléau, sans toutefois envisager de mettre en place un système d’indemnisation.

« Chaque année, ces corvidés protégés par la législation causent de nombreux dégâts chez les particuliers et autour des industries agro-alimentaires, mais surtout dans le monde agricole, a rappelé Michel Canévet qui suit ce dossier depuis plusieurs mois. 2.000 hectares sont ainsi saccagés chaque année selon la chambre d’agriculture, rien que pour le Finistère et les dégâts estimés s’élèvaient en 2019 à 1,4 millions d’euros dans le Finistère et les Côtes d’Armor. Et l’action néfaste des choucas des tours -qui prolifèrent-, n’épargne pas les autres départements français. Outre les retombées financières, s’ajoutent à cela le stress et la détresse psychologique des agriculteurs qui souffrent déjà par ailleurs.

Un constat que Bérangère Abba, la secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité n’a pas nié.

Rappelant que cette espèce de corvidés était protégée par la législation française et européenne, celle-ci a également souligné que les choucas des Tours étaient en augmentation en Bretagne et que des destructions dérogatoires étaient autorisées.

« Les premiers résultats de l’étude menée par l’Université de Rennes, menée avec la DREAL Bretagne, devraient commencer à être connus dès la fin de l’année ce qui devrait nous permettre d’en tirer les premiers enseignements », a précisé la Ministre.

A plus court terme, un plan d’actions, « discuté avec les parties prenantes » sera menée par le Secrétariat d’Etat chargé de la Biodiversité et le Ministère de l’Agriculture autour de trois axes : le développement de la connaissance des effectifs et de la dynamique des populations « qui nous permettra d’évaluer ces dommages », un second volet basé sur la prévention, au niveau des constructions servant d’habitats pour les choucas et un troisième pilier sur la régulation en vue de prendre des arrêtés de prélèvements dérogatoires cohérents fondés sur des données plus solides.

Autant de mesures qui devraient, pour la Ministre, « permettre de ramener le phénomène de déprédation à un niveau plus acceptable et d’éviter un système d’indemnisation ».

Une réponse qui n’a que partiellement satisfait le sénateur Michel Canévet. « Je partage les objectifs du Plan, mais cela n’est pas suffisant. Il faut aussi envisager l’indemnisation. Au projet de Loi de Finances Rectificatif (PLRF4), il sera ajouté 50 millions pour les calamités agricoles. Je crois qu’il y a là les moyens de pouvoir assurer une première indemnisation pour ceux qui subissent l’ensemble de ces ravages. C’est absolument nécessaire, car les agriculteurs souffrent de cette situation ».

Commerces non essentiels

31 octobre 2020

SÉNAT

Jeudi, lors de l’examen du projet de Loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire, le Sénat a voté (à l’unanimité) un amendement permettant aux préfets de rouvrir les commerces non essentiels.

C’est une mesure concrète, adaptée au terrain et qui permet de tenir compte de l’épidémie dans chaque département. Dans le Finistère, comme dans beaucoup de départements, les Maires et beaucoup d’acteurs économiques sont révoltés des conséquences pour l’économie locale et l’avantage ainsi donné aux grandes surfaces et aux acteurs du numérique.

Mardi, les députés examineront cette proposition. C’est à eux, et maintenant à eux seuls, de décider ou de rejeter cette proposition car la commission mixte paritaire a malheureusement échoué à trouver un compromis entre les deux chambres du Parlement !

Pour approche plus juste des réalités territoriales, il est temps de permettre des mesures prises à l’échelon local.

Réunion de travail au Sénat avec Nadège Havet (Finistère) et Nathalie Goulet (Orne) autour de Jean Marc Roué, président de Brittany Ferries

29 octobre 2020

SÉNAT

reusen

Réunion de travail au Sénat avec Nadège Havet (Finistère) et Nathalie Goulet (Orne) autour de Jean Marc Roué, président de Brittany Ferries afin d’évoquer la situation et les perspectives de la compagnie maritime, acteur majeur du désenclavement de la Bretagne et de la Normandie.

Au Sénat, je participe à la commission mixte paritaire réunissant 7 députés et 7 sénateurs

22 octobre 2020

SÉNAT

commixte

Au Sénat, je participe à la commission mixte paritaire réunissant 7 députés et 7 sénateurs afin de tenter de se mettre d’accord sur le projet de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne. Le seul point de désaccord sur ce texte de 34 articles a porté sur la régulation des opérateurs du numérique afin d’éviter leur emprise toujours plus forte.

commixte1

J’interviens dans l’hémicycle du Sénat dans le cadre de la proposition de loi de certification de cyber sécurité des plateformes numériques

22 octobre 2020

SÉNAT

J’interviens dans l’hémicycle du Sénat dans le cadre de la proposition de loi de certification de cyber sécurité des plateformes numériques, pour regretter que diverses dispositions concernant l’inter opérabilite des plateformes et la protection accrue des usagers numériques n’aient pu être validées en commission mixte paritaire réunissant députés et sénateurs sur un texte d’adaptation de dispositions européennes.

Gérard Larcher réélu Président du Sénat avec 231 voix

1er octobre 2020

SÉNAT

Gérard Larcher réélu Président du Sénat avec 231 voix. J’ai bien entendu voté pour la candidature du président sortant car il a donné de la visibilité au Sénat et, compte tenu de mon travail lors du précédent mandat, m’avait apporté son soutien pour cette nouvelle élection dimanche dernier. Déjà quelques absents de l’hémicycle pendant le discours de Gérard Larcher !

Présentation en commission des finances de la mission de contrôle menée sur la suppression de l’institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ)

15 juillet 2020

SÉNAT

comfincont

Présentation en commission des finances de la mission de contrôle menée sur la suppression de l’institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) et l’évolution de l’institut des hautes études de La Défense nationale ((IHEDN).

Première intervention du nouveau Premier Ministre dans l’hémicycle du Sénat

8 juillet 2020

SÉNAT

castex

Première intervention du nouveau Premier Ministre dans l’hémicycle du Sénat en réponse à la question du Président du groupe de l’Union Centriste Hervé Marseille concernant les orientations de travail du nouveau Gouvernement et la méthode d’association des parlementaires à l’élaboration des politiques publiques. Jean Castex s’est déclaré homme de dialogue voulant travailler avec les territoires.

En commission des finances, nos examinons les conséquences de la réforme de la taxe d’habitation sur les indicateurs de péréquation

8 juillet 2020

SÉNAT

comfin07

En commission des finances, nos examinons les conséquences de la réforme de la taxe d’habitation sur les indicateurs de péréquation. L’occasion pour moi d’évoquer la nécessité de trouver pour chaque niveau de collectivités un levier fiscal qui puisse permettre aux élus de disposer de ressources pour les collectivités et d’en être responsables.

Avec la délégation sénatoriale aux entreprises, audition d’Agnès Pannier Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie et des finances

1er juillet 2020

SÉNAT

delsen171

Avec la délégation sénatoriale aux entreprises, audition d’Agnès Pannier Runacher, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’économie et des finances. L’occasion pour moi de l’interpeller sur le projet de plan social d’Air France notamment la suppression envisagée du site HOP de Morlaix. J’ai également saisi de ce sujet cet après midi le Secrétaire d’État aux transports.

 

« Comment faire face aux difficultés de recrutement des entreprises dans le contexte de forte évolution des métiers »

25 juin 2020

canevet1

« Comment faire face aux difficultés de recrutement des entreprises dans le contexte de forte évolution des métiers »

synthèse du rapport  « Comment faire face aux difficultés de recrutement des entreprises dans le contexte de forte évolution des métiers » des Sénateurs Michel Canévet (Finistère – Union centriste) et Guy-Dominique Kennel (Bas-Rhin LR) fait au nom de la délégation aux entreprises, présidée par Élisabeth LAMURE.
Ce rapport, présenté le 18 juin, fera l’objet d’une présentation suivie d’un débat en séance publique, ce jeudi 25 juin à partir de 18h30.
Vous trouverez également ci-joint un lien pour la présentation vidéo de ce rapport:

Après deux heures trente de débats au Sénat, la proposition de loi visant à rendre effectif et à renforcer le plafonnement des frais bancaires dont j’étais le Rapporteur vient d’être adoptée

28 mai 2020

SÉNAT

mcrapp

Après deux heures trente de débats au Sénat, la proposition de loi visant à rendre effectif et à renforcer le plafonnement des frais bancaires dont j’étais le Rapporteur vient d’être adoptée.

Lors de la discussion, le texte a été modifié afin de :
– consacrer le plafonnement global des frais d’incidents bancaires pour les personnes en situation de fragilité bancaire et d’assurer la transparence des critères pour déterminer leurs clients fragiles financièrement (amt 14 – art. unique) ;
– renforcer l’information des clients sur le détail et le montant des tarifs d’irrégularités de fonctionnement et d’incidents de paiement (amt 15 – art. add. après art unique) ;
– préciser la mission de l’Observatoire de l’inclusion bancaire, afin qu’il évalue la mise en œuvre du plafonnement des frais d’incidents bancaires appliqué aux personnes en situation de fragilité financière (amt 16 – art. add. après art unique).

Rendre effectif et renforcer le plafonnement des frais bancaires

27 mai 2020

SÉNAT

mcrap20

Ci joint mon rapport sur la proposition de loi relative au plafonnement des frais bancaires qui sera examinée demain jeudi après midi au Sénat.

Proposition de loi sur le plafonnement des frais bancaires : Le sénateur Michel Canévet rapporteur du texte

25 mai 2020

compresse1

Proposition de loi sur le plafonnement des frais bancaires :

Le sénateur Michel Canévet rapporteur du texte

canevet1

Le Jeudi 28 mai prochain, le Sénat examinera une proposition de loi visant à rendre effectif et à renforcer le plafonnement des frais bancaires, présentée par Patrick Kanner et les membres du groupe socialiste et républicain. Le sénateur du Finistère Michel Canévet (Union Centriste), qui est le Rapporteur du texte, a présenté les conclusions de la Commission des Finances la semaine dernière.

« Ce texte s’inscrit dans le prolongement des engagements pris par la profession bancaire en décembre 2018 en réponse au mouvement social des « Gilets Jaunes » en vue de geler les tarifs des services bancaires en 2019 et de plafonner les montants des frais d’incidents bancaires pour les clients en situation de fragilité financière, explique le Sénateur Michel Canévet dans son rapport dont une synthèse est mise en ligne sur le site du Sénat.

Lors de nos travaux, la commission des finances a unanimement souscrit à l’objectif de protéger nos concitoyens les plus fragiles financièrement, a fortiori dans le contexte actuel, où les conséquences économiques de la crise sanitaire vont bouleverser les ressources de nombreux ménages ».

Des réserves ont toutefois été exprimées sur les dispositions proposées, « qui apparaissent à la fois trop fortes dans les restrictions qu’elles apportent à des libertés constitutionnelles et trop limitées dans leur périmètre ». Plus largement, il a été relevé qu’en abordant la fragilité financière sous le seul angle des frais bancaires, la proposition de loi se prive de toute approche préventive.

Pour ces raisons, et compte tenu du fait que la commission des finances ne pouvait apporter de modification à la proposition de loi sans l’accord de ses auteurs, la commission n’a pas adopté de texte de commission.

« Face à cette situation, j’ai indiqué à mes collègues que je proposerai des modifications par voie d’amendements lors de l’examen en séance publique », précise le Sénateur.

Jacques Le Nay, sénateur UC du Morbihan, interroge le Gouvernement sur les conséquences économiques de la crise du coronavirus

4 mars 2020

SÉNAT

lenay

Jacques Le Nay, sénateur UC du Morbihan, interroge le Gouvernement sur les conséquences économiques de la crise du coronavirus.

Aux questions d’actualité au Gouvernement, le Sénateur Olivier Cigolotti (UC) interroge le Ministre des affaires étrangères

4 mars 2020

SÉNAT

questac

Aux questions d’actualité au Gouvernement, le Sénateur Olivier Cigolotti (UC) interroge le Ministre des affaires étrangères sur le conflit entre la Turquie et les pays riverains, entraînant l’afflux de réfugiés en Grèce et la reprise des combats au moyen Orient.

Le groupe Union Centriste du Sénat revoit Frédéric Sève, négociateur de la CFDT sur le projet de loi retraites

3 mars 2020

SÉNAT

ucsen

Le groupe Union Centriste du Sénat revoit Frédéric Sève, négociateur de la CFDT sur le projet de loi retraites afin de préparer l’examen du texte à venir sans doute en avril au Sénat.

ucsen1

Réunion de travail sur la mission grands ports maritimes au Sénat

26 février 2020

SÉNAT

ports

Réunion de travail sur la mission grands ports maritimes au Sénat avec l’audition de représentants de la SNCF transport de fret et de l’agence des participations de l’État.

La mission sénatoriale sur les grands ports maritimes visite le port de Rouen, qui accueille sur la Seine des navires jusqu’à 290 mètres de long et 24 millions de tonnes de marchandises

24 février 2020

ROUEN

rouen

La mission sénatoriale sur les grands ports maritimes visite le port de Rouen, qui accueille sur la Seine des navires jusqu’à 290 mètres de long et 24 millions de tonnes de marchandises. Rouen est un port d’intérieur à 120 kms de la mer.

rouen3

Proposition de loi pour améliorer les droits des usagers des transports en cas de grève

4 février 2020

SÉNAT

ustrans

Lors de l’examen d’une proposition de loi pour améliorer les droits des usagers des transports en cas de grève, je défends l’idée d’étendre les droits des usagers trop souvent pris en otage par des grévistes.

Michel Canévet, Sénateur du Finistère

1er février 2020

SÉNAT

mcactt19

https://www.nossenateurs.fr/michel-canevet

 

Séance des questions d’actualité au Gouvernement

30 janvier 2020

SÉNAT

questg

Séance des questions d’actualité au Gouvernement lors desquelles les Sénateurs Hervé Marseille (UC Hauts de Seine) et Dominique Verien (UC Yonne) ont également interrogé sur la réforme des retraites et pour la justice.

Réunion de travail au Sénat avec des agriculteurs, dont André Le Du éleveur à Briec de l’Odet

22 janvier 2020

SÉNAT

agriledu

Réunion de travail au Sénat avec des agriculteurs, dont André Le Du éleveur à Briec de l’Odet, qui souhaitent recourir à des plantes médicinales dans leur exploitation.

Audit par le groupe énergie du Sénat du président de la commission de régulation de l’énergie Jean François Carenco

22 janvier 2020

SÉNAT

erner

Audit par le groupe énergie du Sénat du président de la commission de régulation de l’énergie Jean François Carenco afin de rappeler les enjeux énergétiques d’avenir, notamment le développement de la production d’énergies renouvelables.

Rencontre de Breizh Media et de bretons au Sénat à l’occasion du nouvel an en présence d’Alan Stivell, rappelant l’importance de la culture bretonne

21 janvier 2020

SÉNAT

sti

Rencontre de Breizh Media et de bretons au Sénat à l’occasion du nouvel an en présence d’Alan Stivell, rappelant l’importance de la culture bretonne.

Table ronde de la délégation sénatoriale aux entreprises sur l’évolution des métiers et une meilleure adéquation entre l’offre et la demande d’emploi

16 janvier 2020

PARIS

tr

Table ronde de la délégation sénatoriale aux entreprises sur l’évolution des métiers et une meilleure adéquation entre l’offre et la demande d’emploi. L’occasion pour les représentants des entrepreneurs (Medef, CPME, CMA et les institutionnels, Université, éducation nationale et ministère du travail de confronter les préoccupations.

tr1

L’amendement « ñ » du sénateur Michel Canévet adopté : pour la première fois, le Sénat reconnait la légalité du « ñ »

16 janvier 2020

SÉNAT

compresse1

mcenseance

L’amendement « ñ » du sénateur Michel Canévet adopté : Pour la première fois, le Sénat reconnait la légalité du « ñ »

« Une victoire considérable pour tous ceux qui se battent pour la reconnaissance du « ñ » notamment par les services d’état civil », s’est félicité le Sénateur (Union centriste) du Finistère Michel Canévet, après le vote favorable de ses collègues.

Ce jeudi, en fin d’après-midi, les sénateurs ont en effet adopté l’amendement que Michel Canévet avait déposé dans le cadre de la proposition de loi relative à « la déclaration de naissance auprès de l’officier d’état civil du lieu de résidence des parents ».

« Au moins, le Sénat a pris ses responsabilités et cela contre l’avis du Gouvernement. Cette fois, plus d’ambigüité : le « ñ » a été « légalisé » et si l’Assemblée nationale nous suit, la fameuse liste des signes diacritiques sera bientôt inscrite dans le code civil, en y incluant le « ñ ». C’est une étape cruciale qui vient d’être franchie ».

Pour défendre son raisonnement devant ses collègues, le sénateur avait, dans l’exposé des motifs, pris soin d’écarter tout risque d’irrecevabilité.

« D’un point de vue constitutionnel, il ne s’agit pas de modifier la circulaire du 23 juillet 2014 par voie législative -ce qui serait contestable-, mais bien de compléter l’article 57 du Code civil en y indiquant la liste complète des signes diacritiques et des ligatures acceptés par la langue française, puisque, comme l’indique l’article 34 de la Constitution, « La loi fixe les règles concernant : (…) la nationalité, l’état et la capacité des personnes, les régimes matrimoniaux, les successions et libéralités » », expliquait-il.

Pour rappel, l’ « Etat » d’une personne est constitué par l’ensemble des règles qui définissent sa personnalité juridique notamment par ses prénoms et nom de famille, son lieu et sa date de naissance, sa filiation…

« Légiférer sur le prénom d’un enfant relève donc bien de la compétence législative », en concluait donc le Sénateur.

Cette mise au point faite, le Sénateur a pu mettre en exergue deux arguments :

Le premier, en considérant, « contrairement à ce que laisse entendre la Ministre de la Justice », que le « ñ » fait historiquement partie de la langue française.

« Comme l’a démontré Bernez Rouz -Universitaire breton reconnu, spécialiste de la langue bretonne et Président du Conseil culturel de Bretagne- dans une « Note sur l’utilisation du Tiltre ou du tilde dans la langue française et dans la langue bretonne », publiée le 28 août 2017, si le « ñ » est toujours utilisé dans les langues bretonne et espagnole, il l’a également été dans la langue française. Ainsi, la fameuse Ordonnance royale de 1539, dite de Villers-Cotterêts, qui impose l’utilisation de la langue française dans les actes de justice dans le domaine royal est rédigée en utilisant à plusieurs reprises des « ñ ». Or, cette Ordonnance est toujours appliquée, notamment par la Cour de cassation ».

Puis dans un second temps, le sénateur a rappelé la chronologie de l’affaire du petit Fañch. : le refus du Tribunal de Grande Instance de Quimper d’accepter ce prénom puis les décisions, au contraire favorables à la démarche des parents, de la Cour d’Appel puis de la Cour de Cassation.

« Dans ses conclusions, la Cour d’Appel, tout en admettant que le tilde ne figure pas dans la circulaire du 23 juillet 2014, a néanmoins reconnu que ce prénom avait déjà été accepté par un Procureur de la République de Rennes en 2002 et par un Officier d’Etat civil de Paris en 2009. « Cette écriture ne porte donc pas atteinte à la rédaction des actes en langue française » en a-t-elle conclu », rappelle le Sénateur.

Et le 17 octobre 2019, la Cour de cassation a confirmé l’arrêt de la Cour d’appel, l’enfant pouvant ainsi conserver son prénom écrit avec un « ñ ».

« On pouvait espérer que cette décision serait amenée à faire jurisprudence, mais le Ministère public a estimé que la Cour de cassation n’avait pas tranché sur le fond et a donc demandé aux maires relevant de son ressort de surseoir à l’enregistrement d’un prénom comportant un « ñ », et quelques semaines plus tard, une nouvelle procédure judiciaire a été entamée… ce qui m’a amené à présenter cet amendement ».  

Les arguments défendus par Michel Canévet ont fait mouche puisque le 8 janvier dernier, lors de l’examen de l’amendement en commission des lois -première étape avant la discussion générale-, les sénateurs ont considéré que « l’impossibilité d’utiliser la lettre « ñ » dans les prénoms ne semble pas répondre à une réelle justification. Cette absence a généré des incompréhensions pour des parents désirant utiliser ce signe dans le prénom de leur enfant, mises en lumière par la récente affaire relative à la graphie du prénom de Fañch B. Pourtant, l’usage du signe « tilde » est attesté dans la langue française, y compris dans l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539. Il ne serait tombé en désuétude qu’au XVIIIème siècle. Dès lors, il ne semble pas que l’usage du « tilde » dans les actes de naissance aille à l’encontre des dispositions constitutionnelles ou législatives qui prévoient l’usage du français dans les actes officiels ».

Ainsi validé en commission des lois, l’amendement, devenu l’article 3 de la loi examinée ce jeudi, a fait l’objet d’une discussion lors de la séance publique ( …..) et a très facilement été adopté par les sénateurs. Intervenant en séance, le Sénateur Michel Canévet a récusé l’argument du coût pour les services d’Etat civil. « Il suffit de faire « alt Ctrl et la touche 2 » et vous avez un ñ… De plus accepter le ñ s’inscrit parfaitement dans la logique de ce texte qui permet d’offrir une plus grande liberté des parents dans la déclaration des enfants et le choix de leurs prénoms ».

« Comme le rappelait le Procureur général de la Cour d’Appel de Rennes dans la presse en ce début de semaine, « c’est aux élus de déposer un texte de loi ». Et bien, nous l’avons fait et mieux, nous l’avons voté et adopté. L’Assemblée nationale peut désormais décider de la valider en adoptant cette proposition de loi du groupe de l’Union Centriste du Sénat ».

Cliquer sur le lien ci-dessous pour lire le texte du projet de loi :

Texte du projet de loi 19-236

Plusieurs questions d’actualité au Gouvernement dans l’hémicycle du Sénat sur la réforme des retraites ou l’hôpital public afin d’appeler à des réponses pour sortir des situations de crise

15 janvier 2020

SÉNAT

questgouv20

Plusieurs questions d’actualité au Gouvernement dans l’hémicycle du Sénat sur la réforme des retraites ou l’hôpital public afin d’appeler à des réponses pour sortir des situations de crise

François Villeroy de Galhau en commission des finances du Sénat : « le Crédit Mutuel et ARKEA sont deux groupes bancaires solides ».

15 janvier 2020

PARIS

gouvfin

François Villeroy de Galhau en commission des finances du Sénat : « le Crédit Mutuel et ARKEA sont deux groupes bancaires solides ».

Avant les fêtes de Noël, 50 lycéens de Sainte Thérèse à Quimper ont visité le palais du Luxembourg et assisté à une séance du Sénat dans les tribunes

31 décembre 2019

SÉNAT

steth

Avant les fêtes de Noël, 50 lycéens de Sainte Thérèse à Quimper ont visité le palais du Luxembourg et assisté à une séance du Sénat dans les tribunes.

steth1

Déplacement de la délégation sénatoriale aux entreprises en Haute Garonne à la rencontre des chefs d’entreprises

12 décembre 2019

REVEL

delgar

Déplacement de la délégation sénatoriale aux entreprises en Haute Garonne à la rencontre des chefs d’entreprises et la présentation de la démarche de formation aux métiers d’art à Revel : des instituts de formation et lycées professionnels engagés pour accompagner les jeunes et adultes en reconversion vers les métiers d’art.

Rencontre au Sénat avec l’ambassadeur du Chili en France Juan Salazar Sparks

12 décembre 2019

SÉNAT

chili

Rencontre au Sénat avec l’ambassadeur du Chili en France Juan Salazar Sparks afin de faire le point sur la situation politique dans ce pays d’Amérique latine, très lié à la France et au Finistère dans son histoire récente.