Archives de Catégorie: Santé

Conseil territorial de santé du Finistère à Quimper

17 juin 2022

QUIMPER

Conseil territorial de santé du Finistère à Quimper avec une table ronde sur le sport santé. Ainsi, la sédentarité amène un risque de 30% de maladie. Le remède c’est 1/2h par jour minimum pour bouger et/ou faire du sport.

Bureau du Conseil territorial de santé du Finistère présidé par le Maire de Landerneau

12 mai 2022

FINISTERE

bct1

Bureau du Conseil territorial de santé du Finistère présidé par le Maire de Landerneau. J’ai eu l’occasion d’évoquer les difficultés de fonctionnement des établissements sociaux, médico-sociaux et sanitaires du Finistère, affrontés à des difficultés de recrutement et donc de fonctionnement, compte tenu d’un taux de chômage très bas dans notre département et du manque d’attractivité de ces métiers pourtant nécessaires pour accompagner nos anciens et ceux qui sont en situation de handicap.

L’équipe d’Appui en santé en Cornouaille présente à Quimper le travail réalisé dans le cadre de l’un des 8 dispositifs d’appui et de coordination

6 avril 2022

QUIMPER

L’équipe d’Appui en santé en Cornouaille présente à Quimper le travail réalisé dans le cadre de l’un des 8 dispositifs d’appui et de coordination, initiés par l’agence régionale de santé de Bretagne pour accompagner les professionnels de santé sur le territoire. Sous la direction de Marlène Nicolas, l’équipe accompagne aussi les situations complexes.

Avec la délégation sénatoriale aux entreprises, je suis co-rapporteur d’un travail sur la transmission des entreprises

11 février 2022

SÉNAT

Avec la délégation sénatoriale aux entreprises, je suis co-rapporteur d’un travail sur la transmission des entreprises. Nous avons auditionné le Secrétaire Général de l’U2P qui a rappelé que sur les 3 millions d’entreprises françaises, plus de la moitié ne sont pas sous la forme sociétaire. Or dans les reprises d’entreprise observées, 90% sont en société et la pérennité des entreprises est bien meilleure lors des reprises que lors des créations

Difficulté de mise en œuvre du « Ségur » de la santé : Michel Canévet interroge le gouvernement

26 janvier 2022

Difficulté de mise en œuvre du « Ségur » de la santé : Michel Canévet interroge le gouvernement

Lors de la séance des Questions au Gouvernement, mercredi après-midi, le sénateur du Finistère Michel Canévet (Union Centriste) a interrogé le Gouvernement sur les difficultés de mise en œuvre du « Ségur » de la santé.

Celui-ci a tout d’abord rappelé qu’en début de semaine avaient eu lieu, devant des permanences parlementaires partout en France, des manifestations d’usagers, de personnels, de responsables d’établissements et de services sociaux et médico-sociaux « venus dénoncer les incohérences de la mise en œuvre du Ségur de la santé. Il est temps d’y remédier », a souligné Michel Canévet en citant trois exemples concrets :

La rémunération des personnels des services d’aide à domicile qui est différente selon le gestionnaire (associations, collectivités, organismes privés).

Les décrets d’application permettant la mise en œuvre des mesures financières relatives aux Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD), « mais qui n’ont toujours pas été publiés depuis le 1er octobre dernier ».

Enfin, la conférence des métiers de l’accompagnement social et médico-social, « annoncée le 8 novembre dernier et qui aurait dû débuter le 15 janvier dernier ».

Dans sa réponse, Adrien Taquet, le Secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles a tout d’abord rappelé les mesures prises depuis plusieurs mois pour soutenir les professionnels. « Après 10 ans de sous-investissement, le Ségur est de loin le plus important plan de soutien à notre système jamais mené par une majorité présidentielle avec les accords du 13 juillet 2021, a souligné le Ministre.

Puis il est revenu sur plusieurs mesures adoptées : la revalorisation salariale concernant plus d’1,5 million de personnels de santé pour 8 milliards d’euros par an, et celle de 183 euros mensuels en décembre 2021 pour les personnels non-médicaux, les sage-femmes de la Fonction publique, la modification des grilles des personnels soignants médico-techniques et de la rééducation, la fusion des premiers échelons de rémunération, l’amélioration des fins de carrières, l’indemnité d’engagement de service publics…

« Loin de l’idée répandue selon laquelle il y aurait des « oubliés du Ségur », nous avons choisi en responsabilité, de répondre aux problématiques spécifiques des professions concernées par les pertes d’attractivité avec des revalorisations allant au-delà de l’ambition initiale, a insisté le Ministre. Deux nouveaux protocoles ont été signés après la Mission Lafourcade. Quant à la conférence qui devait débuter à la mi-janvier, elle commencera le 18 février prochain et un comité de filière sur la petite enfance est également prévu. Nous couvrons bien l’ensemble des métiers concernés ».

« Le groupe de l’Union centriste comprend bien que des avancées ont été obtenues dans le cadre du « Ségur » de la santé, mais il convient de répondre aux aspirations de la population, a souligné Michel Canévet regrettant que le Ministre n’ait pas répondu à deux des trois questions posées. Quant à la conférence, il est réellement temps qu’elle soit mise en œuvre car il y a de fortes attentes sur le terrain et nous, parlementaires, avons du mal à répondre à nos concitoyens ».

Le conseil territorial de santé programmé à Landerneau ce mardi matin a été transformé en visioconférence

 »

30 novembre 2021

LANDERNEAU

Le conseil territorial de santé programmé à Landerneau ce mardi matin a été transformé en visioconférence compte tenu de l’amplification de la pandémie Covid19 où l’on compte un taux de positivité de 151 pour 100 000 désormais en Finistère, certes moins élevé que les 200 en Bretagne et 259 en moyenne nationale. Les professionnels libéraux de santé, dont les médecins et pharmaciens ont assuré à ce jour 39% des vaccinations, donc significatifs, les autres étant assurées pour l’essentiel en centres de vaccination. Pour les vaccins, sont aujourd’hui privilégiés Moderna et Pfizer.

Autour de Daniel Guillerm, président de la fédération nationale des infirmiers

3 novembre 2021

PARIS

Autour de Daniel Guillerm, président de la fédération nationale des infirmiers, nous avons débattu du rôle et de la place des 140 000 infirmiers libéraux de France pour la santé de nos concitoyens.

J’ai reçu au palais du Luxembourg une délégation de la fédération de l’hospitalisation privée (FHP) de Bretagne

27 octobre 2021

SÉNAT

lux1

J’ai reçu au palais du Luxembourg une délégation de la fédération de l’hospitalisation privée (FHP) de Bretagne, menée par son Président Nicolas Boulou, afin de leur présenter concrètement le travail parlementaire. Ce fut aussi l’occasion d’échanger avec Brigitte Bourguignon, Ministre déléguée à l’autonomie à l’issue de la séance des questions d’actualité au Gouvernement.

lux2

Manque de places en Maisons et Foyers d’accueil pour les handicapés : Le Ministre Adrien Taquet répond au Sénateur Michel Canévet

19 octobre 2021

canevet1

compresse1

Manque de places en Maisons et Foyers d’accueil pour les handicapés :

Le Ministre Adrien Taquet répond au Sénateur Michel Canévet

Ce mardi matin, dans le cadre de la séance consacrée aux Questions Orales, le sénateur du Finistère Michel Canévet (Union centriste) a interrogé le gouvernement concernant le manque de places dans les Maisons d’Accueil Spécialisées (MAS) et Foyers d’Accueil Médicalisés (FAM) en Bretagne, et notamment dans le Finistère. C’est Adrien Taquet, le Secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et de la Famille qui lui a répondu et annoncé la création de 20 places en MAS d’ici 2022.

« Il est particulièrement préjudiciable que des jeunes adultes soient maintenus en Instituts Médico-éducatifs et prennent la place d’autres jeunes, car ils ne trouvent pas de places dans des établissements correspondant à leur handicap » a rappelé le sénateur Michel Canévet et d’insister sur le manque de places dans les MAS et les FAS notamment dans le Finistère « où la demande des familles est particulièrement importante ».

« Entre le « tout établissement » et le « tout domicile », l’ambition du gouvernement est de développer ces habitats alternatifs de qualité qui respectent le choix de vie des personnes concernées. C’est le sens du Plan interministériel du développement de l’habitat inclusif, via la création d’une aide à la vie partagée dans les départements volontaires. 388 de ces aides ont déjà été attribuées et à terme 4.200 personnes en bénéficieront », a tout d’abord souligné le Secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et de la Famille, Adrien Taquet.

Concernant plus spécifiquement le Finistère, le Ministre a précisé que l’offre de prise en charge médicalisée pour adultes en situation de handicap est de 766 places dont 544 places en FAM et les autres places en MAS. « Il existe bien une tension sur l’offre en places d’hébergement médicalisées pour les adultes handicapés dans le département : 1,79 pour 1.000 contre 1,93 pour la moyenne régionale, a reconnu le Ministre. Cette tension suscite toute l’attention des services de l’Etat et du Conseil départemental, co-financeur des places en FAM, car elle réduit la fluidité du dispositif d’accueil des enfants handicapés et le maintien des adultes handicapés au domicile de leurs parents. Les perspectives régionales de création de places nouvelles pour la Bretagne sont de 31 places de FAM et 45 places de MAS, sur lesquels 20 places de MAS sont affectées au Finistère et seront installées d’ici à 2022 ».

Le constat d’une tension dans l’offre de places est partagé par Michel Canévet d’autant plus que « la pandémie n’a pas amélioré la situation et il convient de réfléchir à la mise en œuvre de moyens ». Satisfait de l’annonce du Ministre, qui a confirmé des moyens supplémentaires en direction des MAS dans son département, le sénateur du Finistère a néanmoins souligné « qu’il reste encore beaucoup de demandes. L’inclusion des personnes en situation de handicap dans la vie de tous les jours, c’est une bonne chose, mais elle reste parfois difficile à mettre en œuvre et il faut donc des établissements et une prise en charge adaptés ».

 

Retrouvez l’intégralité de cette intervention sur le lien :

http://videos.senat.fr/streaming/encoder1/source_2547253_6208625_6475959.mp4

À la maison de santé de Pleyben, la municipalité a présenté une exposition de magnifiques photos montrant des femmes atteintes du cancer du sein

2 octobre 2021

PLEYBEN

À la maison de santé de Pleyben, la municipalité a présenté une exposition de magnifiques photos montrant des femmes atteintes du cancer du sein. Cette action de sensibilisation, jointe à des animations locales comme une marche et des conférences, vise à sensibiliser la population à la prévention des maladies.

A l’occasion du mois de sensibilisation au cancer des jeunes enfants, en septembre, j’arbore le ruban jaune de circonstance

30 septembre 2021

PARIS

A l’occasion du mois de sensibilisation au cancer des jeunes enfants, en septembre, j’arbore le ruban jaune de circonstance

Un calendrier intenable

16 juillet 2021

Un calendrier intenable

Face aux risques de prolifération des virus de la Covid-19, le Président de la République a annoncé, lundi, des restrictions à venir pour la fréquentation des lieux culturels à compter du 21 juillet, puis des lieux de loisirs (bars, restaurants, centres commerciaux) et de déplacements (trains, avions) au 1er août, en exigeant le pass-sanitaire pour y accéder.

Un projet de loi sera présenté en Conseil des Ministres lundi et soumis aux assemblées parlementaires dans la semaine à venir.

Avec 62,3 % de primo vaccinés (54 % au niveau national) et 44,2 % ayant bénéficié d’une seconde dose de vaccin (38,4 % en France) le 14 juillet dernier, le Finistère peut se réjouir d’avoir été très actif et performant dans la campagne de vaccination.

Mais ces résultats montrent quand même que le chemin à parcourir, pour une couverture plus forte de la population, nécessitera du temps.

Pour preuve, se veut l’engouement extrêmement fort des demandes de vaccination qui se traduit aujourd’hui par des difficultés à obtenir un rendez-vous. Et ce ne sont pas les 42 000 doses hebdomadaires dont il est prévu la livraison pour le Finistère qui vont permettre de résorber la demande à très court terme.

C’est pourquoi, les dates fixées pour imposer des contraintes de fréquentation des transports et lieux collectifs sont intenables, sauf à réduire significativement nos libertés individuelles.

Dès lors que les gestes barrières sont respectés dans les lieux recevant du public, que la couverture vaccinale s’améliore progressivement, est-il raisonnable d’interdire à nos concitoyens de prendre un avion ou un train, d’aller au restaurant ou faire ses courses ? Est-il logique, pour aller faire une course ou visiter un proche en EHPAD, de subir un test antigénique ou PCR, dont le coût dépasse 30 € ? Est-il logique d’imposer aux gestionnaires d’établissements ou services et leurs personnels de contrôler le nom des personnes les fréquentant ?

La raison doit prévaloir dans l’ordonnancement de la gestion de cette pandémie pour concilier la protection de chacun, et c’est pourquoi je ne suis pas contre la vaccination, mais en assurant le respect des libertés individuelles essentielles.

En l’état du projet de loi annoncé, pour ces raisons de praticité, je ne pourrai pas le voter.

Michel CANÉVET

Sénateur du Finistère

Réunion débat avec les acteurs de la fédération de l’hospitalisation privée de Bretagne

25 juin 2021

BRETAGNE

av2

Réunion débat avec les acteurs de la fédération de l’hospitalisation privée de Bretagne.

Le sénateur Michel Canévet interroge la Ministre chargée de l’Autonomie

1er décembre 2020

« Oubliés du Ségur » :

Le sénateur Michel Canévet interroge la Ministre chargée de l’Autonomie

Lors de la séance des questions orales, ce mardi matin, le sénateur Michel Canévet du Finistère (Union Centriste) a interrogé le gouvernement sur la situation des « Oubliés du Ségur », c’est-à-dire des personnels de santé qui ne bénéficient pas de la prime de 183 euros dont le principe a été acté et mis en œuvre après les accords dits du « Ségur de la Santé » en juillet dernier.

Dans sa réponse, la Ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon a annoncé la mise en place de nouvelles discussions suivies de propositions dès le premier semestre 2021.

Tout en rappelant la revalorisation de la carrière d’un certain nombre de personnels, « ce dont nous nous réjouissons car il était nécessaire qu’il y ait une prise en compte des conditions de travail et une rémunération qui soient à la hauteur de missions qui sont effectivement accomplies », le sénateur Michel Canévet a souligné qu’il y avait des mécontentements. « Je pense en particulier à ceux qui participent aux soins infirmiers à domicile qui dépendent des collectivités territoriales,  des communes, des mutuelles et d’autres des hôpitaux », et de citer les exemples finistériens des services de soins infirmiers à domicile de l’hôpital de Douarnenez et du Pays Bigouden ou des services d’addictologie dépendant de l’hôpital de Quimperlé. « Ces personnels ne comprennent pas pourquoi ils seraient exclus de la « prime Ségur » de 183 euros. Il me paraît légitime, comme à beaucoup de mes collègues sénateurs, et à l’ensemble de ceux qui ont la responsabilité de ces personnels sur le terrain de faire en sorte que tous ceux qui assument les mêmes missions puissent bénéficier des mêmes conditions salariales ».

« Pour répondre aux demandes légitimes de ces personnels qui nous interpellent, l’Etat a conclu les accords du Ségur de la santé qui se sont traduits par un investissement massif en faveur des revalorisations de salaires dans les hôpitaux et les EHPAD et par une série de réformes structurelles, a souligné la Ministre Brigitte Bourguignon. Si les partenaires du « Ségur de la santé » ont souhaité une mise en œuvre prioritaire pour les établissements de santé et pour les EHPAD, la question des établissements sociaux et médico-sociaux a également été abordée ».

Et d’annoncer que s’agissant des revalorisations salariales d’ores et déjà souhaitées, un temps d’expertise complémentaire avait été jugé nécessaire pour « faire la lumière sur des situations différentes et comparer des métiers qui sont extrêmement divers en terme de conditions de travail et d’attractivité. Par ailleurs le paysage de ces établissements sociaux et médicosociaux est très éclaté et relève de différents financeurs. Ne faisons pas semblant de croire que le sujet est simple à aborder et simple à régler. Ce travail prévu par les accords du Ségur a déjà débuté ».

La Ministre a ainsi annoncé qu’après une première rencontre avec les partenaires sociaux de la Fonction Publique Hospitalière, « une organisation est train d’être posée pour aboutir rapidement ». Michel Laforcade, ancien directeur général d’ARS, « et qui a la légitimité totale dans le secteur », réalisera l’expertise nécessaire à une prise de décision éclairée. « Je précise que nous ne passerons pas par un rapport, nous irons à la solution directement. Monsieur Laforcade doit mener dans les semaines à venir une négociation avec les acteurs évoqués et faire des propositions au gouvernement au premier semestre 2021 ».

« J’apprécie ces propositions pragmatiques », s’est félicité le sénateur Michel Canévet pour qui il est important que l’on puisse évoluer sur le sujet « car le libre choix du lieu de résidence en établissement ou à domicile doit être particulièrement respecté. Il serait préjudiciable que les personnels qui interviennent auprès de ceux qui ont fait le choix de rester à domicile soient pénalisés financièrement par rapport à ceux qui travaillent en institutions. La situation n’est pas tenable, Il en va également de la question de l’attractivité des métiers puisque l’on voit bien que les responsables d’établissements ont des difficultés pour recruter aujourd’hui Il importe que les conditions soient réunies pour que cette attractivité soit réalisée ».

38 cas d’exposition à la Covid19 pour 100 000 habitants en Finistère

23 novembre 2020

FINISTÈRE

38 cas d’exposition à la Covid19 pour 100 000 habitants : le Finistère voit son taux d’incidence fortement baisser, signe d’un comportement sérieux de nos concitoyens, qui mérite des assouplissements significatifs dans les contraintes aux activités économiques et dans les possibilités de déplacement avec une approche par département négociée entre le Préfet, les élus et les responsables des organisations professionnelles.

Covid-19 et solidarité européenne

23 avril 2020

Covid-19 et solidarité européenne

canevet1

Covid-19 et solidarité européenne

Ce jeudi 23 avril se tenait un Conseil européen des chefs d’État sur la réponse économique commune à la crise sanitaire. Avec 37 autres sénateurs centristes, j’ai cosigné la tribune initiée par Hervé Marseille, président du groupe Union Centriste au Sénat et Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, dans laquelle nous appelons à davantage de coordination et à une solidarité accrue entre les États membres.

Retrouvez ici cette tribune et la liste complète des cosignataires ainsi que sur le site d’Euractiv à l’adresse suivante: https://www.euractiv.fr/…/un-seul-remede-pour-sauver-leur…/…

À Argol, la Municipalité a rénové un ancien corps de ferme en plein bourg et l’a transformé en une belle maison médicale

31 décembre 2019

ARGOL

argoL_1

À Argol, la Municipalité a rénové un ancien corps de ferme en plein bourg et l’a transformé en une belle maison médicale accueillant 2 médecins et divers praticiens para-medicaux. La commune compte aussi à proximité 3 orthophonistes. Pour cette rénovation de caractère, la commune a bénéficié du soutien financier de la fondation du patrimoine, opération à laquelle j’ai personnellement participé par un don à la fondation du patrimoine.

Au lycée maritime du Guilvinec/Treffiagat Marguerite et Cie a installé un distributeur de protections hygiéniques

13 décembre 2019

TREFFIAGAT LE GUILVINEC

lycmar1

Au lycée maritime du Guilvinec/Treffiagat Marguerite et Cie a installé un distributeur de protections hygiéniques à la plus grande satisfaction des élèves usagères.

lycmar

Inauguration de la maison médicale du Guilvinec qui accueille 4 médecins

7 décembre 2019

LE GUILVINEC

mmguil

Inauguration de la maison médicale du Guilvinec qui accueille 4 médecins. Un bel exemple d’engagement pour la formation de généralistes par l’accueil, depuis 2003, de stagiaires de la fac de médecine de Brest. Ces jeunes sont installés dans beaucoup de Communes autour du Guilvinec.

Réponse de Mme la ministre des solidarités et de la santé : prescriptions de psychostimulants pour les enfants

5 décembre 2019

SÉNAT

canevet1

Réponse de Mme la ministre des solidarités et de la santé : prescriptions de psychostimulants pour les enfants

Question n° 10891 adressée à Mme la ministre des solidarités et de la
santé Publiée le : 20/06/2019

Texte de la question : M. Michel Canévet attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’augmentation inquiétante des prescriptions de psychostimulants aux enfants dits « hyperactifs » en France, alors même que des études évoquant la dangerosité de ces amphétamines ne cessent d’affluer. Dans sa réponse, publiée le 24 mai 2018, à la question écrite n° 04202, elle prenait déjà soin de rappeler les conditions de prescription du méthylphénidate. Pour autant, il est de plus en plus fréquent que ces médicaments à base de méthylphénidate (Ritaline, Quazym, Concerta, Medikinet) soient prescrits contre les troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’enfant et l’adolescent. Ainsi, selon la caisse primaire d’assurance-maladie, le nombre de boîtes de psychostimulants remboursées par la sécurité sociale est passé de 503.956 en 2012 à 813.413 en 2017, soit une augmentation de l’ordre de 61% en l’espace de cinq ans. Le portail des professionnels de la santé « Vidal » a également annoncé en juin 2018
une rupture de stock concernant les gélules de Ritaline. Selon la revue médicale indépendante « Prescrire », cette augmentation est inquiétante compte tenu de l’efficacité très limitée de ce médicament et ses risques établis. Celle-là dénonce le fait que les effets indésirables à long terme n’aient pas été étudiés dans des essais comparatifs alors que le méthylphénidate est connu pour exposer à des effets indésirables graves cardiovasculaires et neuropsychiques. Enfin, selon la revue médicale « Scandinavian Journal of Child and Adolescent Psychiatry and Psychology », ce même méthylphénidate peut provoquer des hallucinations et d’autres symptômes psychotiques. Compte tenu de ce contexte, il lui demande donc les mesures qu’elle compte entreprendre afin de limiter la consommation de psychostimulants chez les enfants.

Réponse de Mme la ministre des solidarités et de la santé
À publier le : 27/06/2019, page 3405

Texte de la réponse : Le méthylphénidate est indiqué chez l’enfant dans le traitement des troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Ce traitement s’accompagne d’effets indésirables cardiaques, neuro-psychologiques et cardiovasculaires lors d’un usage à long terme pour une efficacité jugée parfois modeste sur les symptômes de l’hyperactivité, de la qualité de vie et du comportement scolaire. Le rapport « Méthylphénidate : données d’utilisation et de sécurité d’emploi en France », publié en 2017 par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), mentionne en pages 10 et 11 que l’utilisation du méthylphénidate en France restait faible au regard de la prévalence de la maladie et bien inférieure à celle observée dans d’autres pays européens dont le Royaume-Uni, La Norvège, la Suède et le Danemark. La consommation de méthylphénidate est très encadrée en France. Elle est néanmoins en croissance. Dans ces conditions et consciente des inquiétudes qui persistent sur la santé des enfants traités à long terme et du recours croissant à ce traitement, la ministre des solidarités et de la santé sollicite l’ANSM pour disposer d’un état des lieuxactualisé et des actions mises en œuvre.

Beaucoup de monde à Plonévez Porzay pour l’inauguration de la maison médicale du Porzay

30 novembre 2019

PLONÉVEZ PORZAY

plonevez

Beaucoup de monde à Plonévez Porzay pour l’inauguration de la maison médicale du Porzay accueillant 3 Médecins généralistes, 1 spécialiste, kinésithérapeute, infirmières, podologue, sage femme, diététicienne : un bel exemple de coopération pour un exercice médical coordonné. Bravo à l’équipe municipale autour d’un Maire Paul Divanach pour avoir conduit ce projet et attire des praticiens.

plonevez1

Tolérance « Zéro » au volant : Le Sénateur Michel Canévet interroge le Ministre de l’Intérieur

20 novembre 2019

canevet1

compresse1

Tolérance « Zéro » au volant : Le Sénateur Michel Canévet interroge le Ministre de l’Intérieur

Dans le cadre des Questions d’actualité au Gouvenement, ce mardi après-midi au Sénat, le Sénateur Michel Canévet (Union Centriste) du Finistère a fait part de son inquiétude après les déclarations du Ministre de l’Agriculture qui, ce week-end, avait envisagé que soit mise en place une « tolérance zéro » concernant l’alcool au volant.

« Nous sommes tous particulièrement attachés à la France rurale où vivent bon nombre de nos concitoyens et qu’on y trouve des produits de grandes qualités, tant solides avec la gastronomie française, que liquides : nos terroirs sont reconnus au niveau des boissons. Tout cela fait leur force », a rappelé le Sénateur du Finistère, avant d’évoquer l’étonnement des français après avoir entendu le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation prôner une « tolérance zéro » au volant. « Nous avons déjà un arsenal répressif extrêmement fort. Que veut-on ? Pénaliser les territoires ruraux qui le sont déjà avec la réduction à 80 km/heure ? Non, il faut consommer avec modération ».

Dans sa réponse, Christophe Castaner, le Ministre de l’Intérieur, a tout d’abord rappelé la lutte pour la sécurité routière, « combat qui doit tous nous rassembler pour sauver des vies, contre les accidents mortels et ceux qui sont extrêmement graves ». Dans le cadre du comité interministériel du 9 janvier 2019, plusieurs mesures avaient été proposées et mises en place, « mais lutter contre l’alcoolémie, ce n’est pas interdire de boire. Non, le gouvernement n’envisage pas de revenir sur le taux d’alcoolémie et de l’abaisser à « Zéro gramme ». Mais il n’est pas sain de boire avant de prendre le volant. Tel était le message du Ministre de l’Agriculture, pour se protéger soi-même et tous les autres usagers de la route ». Pour justifier sa position, le Ministre de l’Intérieur a rappelé, de façon pragmatique, que peu d’accidents mortels avaient lieu entre 0 et 0,5 grammes, « la moyenne dans les accidents mortels étant de 1,5 grammes », et que cela obligerait une mobilisation des forces de sécurité intérieure sur des contrôles aléatoires et peu efficaces, « alors que nous en avons besoin pour la sécurité des français ».

Michel Canévet a remercié le Ministre de sa réponse qui rassure les populations des territoires ruraux « qui n’ont souvent pas d’autres alternatives que de prendre la voiture. Et je suis d’accord avec vous pour dire qu’il faut consommer avec la plus grande modération, mais cela ne doit empêcher la sociabilité sur les territoires ruraux ».

Vous pouvez également retrouver son intervention sur le lien suivant :
http://videos.senat.fr/streaming/encoder1/source_1389919_5191000_5462000.mp4

Question d’actualité au Sénat : notre collègue Evelyne Perrot (Aube) interroge la ministre de la santé sur la différence de remboursement entre les pharmaciens (6€) et les infirmières (3€) pour la vaccination

6 novembre 2019

SÉNAT

perrot

Question d’actualité au Sénat : notre collègue Evelyne Perrot (Aube) interroge la ministre de la santé sur la différence de remboursement entre les pharmaciens (6€) et les infirmières (3€) pour la vaccination. Nous allons déposer un amendement au projet de loi de finances de la sécurité sociale pour rectifier cette différence illogique.

A la clinique des Glénan à Bénodet, je fais le point avec la nouvelle directrice Laurence Dequenne sur le fonctionnement de ce service de suite et de rééducation du groupe Clinea de 127 place

4 novembre 2019

BÉNODET

clinglen

A la clinique des Glénan à Bénodet, je fais le point avec la nouvelle directrice Laurence Dequenne sur le fonctionnement de ce service de suite et de rééducation du groupe Clinea de 127 places. Je visite notamment le service Ar Men où le docteur Le Vot pilote une unité spécialisée dans la prise en charge de patients ayant subi un AVC, unité reconnue pilote au plan national.

A Argol une ancienne ferme en plein bourg est en cours de rénovation, en conservant son cachet de pierres apparentes pour y aménager une maison médicale

23 septembre 2019

ARGOL

argol3

A Argol une ancienne ferme en plein bourg est en cours de rénovation, en conservant son cachet de pierres apparentes pour y aménager une maison médicale accueillant 2 médecins, des infirmières et masseur-kine. Juste à côté, 3 orthophonistes se sont installés dans un bâtiment construit. La municipalité d’Argol investit 800 000€ dans cette rénovation.

Inauguration de la résidence rénovée de Ménez Kergoff à Penmarc’h

17 septembre 2019

PENMARC’H

KERGOFF1

Inauguration de la résidence rénovée de Ménez Kergoff à Penmarc’h, associant les Communes du Guilvinec et de Treffiagat pour l’accueil de 75 résidents en EHPAD. Un beau chantier mené depuis 2015 pour un coût de 4,4M€.

Congrès européen de l’European Council of Eating Disorders au palais du Luxembourg pour échanger entre spécialistes des troubles alimentaires

15 septembre 2019

PARIS

ceec

Congrès européen de l’European Council of Eating Disorders au palais du Luxembourg pour échanger entre spécialistes des troubles alimentaires avec divers temps d’échange et un dîner dans les salons de Boffrand, l’occasion de féliciter les organisateurs français de ce colloque considéré par les 200 participants comme un grand succès, sur le fond des débats et avec les conditions d’accueil.

Déremboursement de l’homéopathie : Le sénateur Michel Canévet interroge la Ministre dans l’hémicycle

9 juillet 2019

compresse1

canevet1

Déremboursement de l’homéopathie : Le sénateur Michel Canévet interroge la Ministre dans l’hémicycle

A l’occasion de la séance des Questions au Gouvernement, mardi après-midi, le Sénateur Michel Canévet (Union Centriste) a interrogé la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn sur la pénurie de médicaments, mais également sur le déremboursement de l’homéopathie.

Rappelant tout d’abord les 30 propositions du « Rapport d’information sur la pénurie de médicaments et de Vaccins » que ses collègues sénateurs Jean-Pierre Decool et Yves Daudigny avaient rendu l’année dernière, Michel Canévet a interrogé la Ministre sur la coordination à l’échelle européenne et la localisation de la production de médicaments. Celle-ci lui a confirmé que les causes de pénurie de médicaments étaient multiples : manque de matières premières, accidents sur les sites de production, compétition accrue entre pays émergents ou encore des médicaments trop anciens, peu utilisés et donc peu rentables. « Des mesures concrètes, comme une meilleure mutualisation des achats de médicaments au niveau européen, sont programmées ».

Mais c’est surtout sur la question de l’avenir de l’homéopathie et le risque de déremboursement que Michel Canévet a tenu à insister, rappelant que « près de la moitié des français utilisent des produits homéopathiques et 72% y croient. Les prescriptions de l’homéopathie sont largement dispensées par de nombreux médecins. J’espère que vous vous rendez compte de la réalité sur le terrain. Si le remboursement devait être décidé, nous risquerions d’avoir une médecine à deux vitesses ».

« Je répondrai demain à votre question », lui a indiqué la Ministre sans vouloir en dire plus.

Déremboursement de l’homéopathie : Le sénateur Michel Canévet y est défavorable

2 juillet 2019

compresse1

Déremboursement de l’homéopathie : Le sénateur Michel Canévet y est défavorable

 

 

Alors que la Haute Autorité de la Santé (HAS) vient de se prononcer en faveur du déremboursement de l’homéopathie, et dans l’attente de la décision de la Ministre des Solidarités et de la Santé, le sénateur Michel Canévet prend position en faveur de l’homéopathie.

«  Depuis plusieurs semaines, je reçois les témoignages de nombreux médecins finistériens qui m’expliquent comment selon eux, professionnels de la santé, l’homéopathie permet de traiter le patient dans sa globalité dans le cadre d’une médecine humaine et écologique, non polluante. Ils reconnaissent que le mode d’action ne s’explique pas encore avec nos connaissances actuelles, mais restent convaincus de ses bienfaits. D’ailleurs près de 60% des français ont déjà utilisé des produits homéopathiques et 72% y croient.

Cela me conforte dans mon analyse.

L’homéopathie permet souvent d’éviter des traitements lourds, tels que les anti-inflammatoires, les somnifères ou les anxiolytiques, ce qui est aussi source d’économie. L’idée selon laquelle le déremboursement permettrait d’ « économiser » 126,8 millions d’euros sur un budget total de plus de 20 milliards de médicaments remboursés -d’après les chiffres de l’Assurance Maladie- s’avère donc contreproductive et pourrait également laisser le champ libre à des pseudos thérapeutes non médecins. De nombreux patients n’y auraient plus accès en cas de déremboursement, sans parler de l’impact d’une telle décision pour les laboratoires.

Enfin, et j’avais eu l’occasion de défendre cette idée lors de l’adoption de la « Loi sur l’organisation de la santé », l’homéopathie représente un intérêt majeur en termes de santé publique. C’est pourquoi, il paraît nécessaire que les étudiants en cycle de médecine soient informés des recours aux prescriptions homéopathiques dans la mesure où une part de plus en plus importante de la population française souhaite recourir à ce type de prescriptions ». 

Dialogue avec les responsables syndicaux des urgences du CHU de Brest

21 juin 2019

BREST

mcchu

Dialogue avec les responsables syndicaux des urgences du CHU de Brest afin d’évoquer la situation de sous effectifs et du manque de places pour répondre à l’accroissement de activités : plus de 8000 passages en 4 ans pour atteindre aujourd’hui 50 000 passages à l’année.

Inauguration au Guilvinec de la résidence services, reprise après une 1ère décennie de gestion difficile

7 juin 2019

GUILVINEC

mcguil2

Inauguration au Guilvinec de la résidence services, reprise après une 1ère décennie de gestion difficile. 18 personnes âgées y résident à titre permanent. Parmi les nouvelles orientations de fonctionnement, l’accueil de visiteurs qui peuvent être hébergés dans des logements T2 ou T3 en plein cœur du Guilvinec et du 1er port de pêche artisanale de France. C’est donc une mixité de publics et de générations qui constitue désormais la vie de cette résidence de 60 logements et un exemple en termes d’accueil avec différents services, piscine, spa, hammam et salle de sport.

mcguil3

Au conseil territorial de santé Penn ar Bed, les différents conseils locaux de santé exposent leurs actions

6 juin 2019

QUIMPER

mchanvec

Au conseil territorial de santé Penn ar Bed, les différents conseils locaux de santé exposent leurs actions, celles du pays métropolitain de Brest qui sera signé le 26 juin prochain à Hanvec, celle des pays de Morlaix et du Centre Ouest Bretagne et celui de Concarneau Cornouaille qui expose le projet de pack santé distribué par les pharmacies aux jeunes du territoire.

Visite des locaux des laboratoires Boiron à Brest

1er juin 2019

BREST

mcboiron

Visite des locaux des laboratoires Boiron à Brest. L’occasion de faire le point sur cette pratique thérapeutique utilisée par la moitié des français et produite grâce à des entreprises françaises performantes

Assemblée générale de l’ADAPEI du Finistère

27 avril 2019

FINISTÈRE

mcadapei

Assemblée générale de l’ADAPEI du Finistère, qui fédère les familles et organisations permettant l’accompagnement des personnes handicapées dans le département.

Changement de Présidence à Archipel santé qui rayonne sur Brest

27 avril 2019

BREST

mcarchipel

Changement de Présidence à Archipel santé qui rayonne sur Brest pour l’hospitalisation à domicile et l’accompagnement des malades chroniques avec plus de 150 salariés. Michel Le Bourdonnec, après 30 années de Présidence, cède la place à Benoît de Cadenet.

À Brest Océanopolis, un colloque sur la télé-médecine

27 avril 2019

BREST

mcoceano

À Brest Océanopolis, un colloque sur la télé-médecine, l’un des outils pour faire face à l’éloignement géographique et au manque de médecins, avec l’exemple de l’île Molène où elle est pratiquée depuis de nombreuses années.