Archives de Catégorie: Education

Départ en retraite de 2 enseignantes, Isabelle et Marie Thérèse, à l’école Victoire de Saint Luc à Landudec.

29 juin 2018

LANDUDEC

mcretland

Départ en retraite de 2 enseignantes, Isabelle et Marie Thérèse, à l’école Victoire de Saint Luc à  Landudec.

Ecole Ferrandi à Paris « école de gastronomie »

20 juin 2018

PARIS

mcferrandi

A l’école Ferrandi, que Didier Kling,  président de la CCI de Paris Ile de France voudrait faire l’école française de référence pour la cuisine, le Ministre Jean-Baptiste Lemoyne rappelle l’objectif d’accueillir en France 100 millions de touristes en 2022, soit 12 millions de plus qu’actuellement

Question écrite n° 01694 de M. Michel Canévet (Finistère – UC) et réponse du Ministère de l’éducation nationale

13 avril 2018

canevet1

Question écrite n° 01694 de M. Michel Canévet (Finistère – UC)

publiée dans le JO Sénat du 26/10/2017 – page 3297

  1. Michel Canévet attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur les conditions d’enseignement du fait religieux dans les écoles publiques.
    Au mois de février 2017, un professeur des écoles a été « suspendu à titre conservatoire » puis « déplacé d’office » en juin – malgré le soutien des parents d’élèves et des élus locaux – et assure désormais des remplacements.

Dénoncé par un courrier anonyme auprès de l’inspection académique, cet enseignant ayant l’expérience de 16 années d’enseignement, s’est vu reprocher d’avoir « outrepassé la seule étude du fait religieux » avec ses élèves de CM1-CM2 après leur avoir lu des textes directement issus de la Bible et des Évangiles, et « exploité des sources religieuses inadaptées à l’âge de ses élèves et contraires aux principes de laïcité et de neutralité ». « L’étude répétée de textes directement issus de la Bible […] outrepasse la seule étude du fait religieux », justifie la direction académique.

Or, l’article L. 141-2 du code de l’éducation nationale dispose que « L’État prend toutes dispositions utiles pour assurer aux élèves de l’enseignement public la liberté des cultes et de l’instruction religieuse ». De plus, la « connaissance des textes majeurs de l’Antiquité (l’Iliade et l’Odyssée, récits de la fondation de Rome, la Bible) » constitue une mesure du « socle commun de connaissances et de compétences » des élèves, destinée à les préparer à « partager une culture européenne », selon les termes du décret n° 2006-830 du 11 juillet 2006 paru au Journal officiel le 12 juillet 2006.

Au-delà de cette affaire, la question des modalités d’enseignement du fait religieux et de sa place à l’école se pose crûment. À terme, des enseignants seraient implicitement tentés de renoncer à cet enseignement – pourtant nécessaire, et cela dès le plus jeune âge -, de peur d’être sanctionnés.

Il souhaite donc connaître sa position quant aux modalités d’enseignement du fait religieux à l’école.

Réponse du Ministère de l’éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 12/04/2018 – page 1765

Le ministre de l’éducation nationale a rappelé en conseil des ministres le 8 décembre 2017 la nécessité de conforter l’enseignement de la laïcité et des faits religieux à l’école. Complémentaire de l’enseignement de la laïcité, l’enseignement des faits religieux construit une vision élargie des cultures et civilisations qui aide à comprendre et respecter autrui dans un esprit de tolérance au sein de l’école laïque.

L’enseignement des faits religieux, conduit par les enseignants dans le respect de la laïcité, garantit la liberté de conscience et le respect des choix individuels en matière de convictions religieuses dans une société plurielle. Il s’inscrit pleinement dans la mission première de l’école de « faire partager aux élèves les valeurs de la République ». Pour assurer la mise en œuvre de cet enseignement, le ministre souhaite conforter cet enseignement à différentes étapes du système éducatif. Il convient de distinguer clairement l’enseignement des faits religieux de « l’instruction religieuse » ou de « l’enseignement religieux » dont l’État doit garantir la liberté aux élèves dans le respect des dispositions des articles L. 141-3 et 141-4 du code de l’éducation nationale. L’enseignement des faits religieux se définit comme une approche non confessionnelle des manifestations du religieux, qui contribue à la formation de l’esprit critique et à la formation du citoyen et participe à la construction de la culture. Abordant les faits historiques, les faits sociaux, collectifs, qui génèrent des communautés, des mouvements, des institutions, mais aussi les traces et les œuvres artistiques, l’enseignement des faits religieux se fonde sur les programmes d’histoire, de français, d’histoire des arts et de philosophie. La connaissance des faits religieux apparaît dans les objectifs du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, à travers « les représentations du monde et l’activité humaine ».

Au sein des classes, l’enseignant mobilise cet enseignement dans les programmes scolaires de la discipline d’enseignement, dans les enseignements pratiques interdisciplinaires ou dans le cadre d’un enseignement transversal. L’enseignement moral et civique prévoit notamment de traiter des questions de laïcité et de diversité des croyances du cycle 2 à la terminale. En matière de formation, dans la continuité des séminaires nationaux organisés en collaboration avec l’Institut européen en sciences des religions à l’attention des personnels d’encadrement, un parcours de formation en ligne sur l’enseignement laïque des faits religieux est proposé sur la plateforme M@gistère aux personnels du premier et du second degré.

Cet enseignement, au même titre que les autres, est obligatoire et toute contestation de son contenu doit faire l’objet d’une réponse. Dans cette optique, le nouveau dispositif installé par le ministre pour consolider le respect et la transmission du principe de laïcité permettra d’épauler les enseignants dans la prise en charge des contestations d’enseignement – en particulier celles qui concernent l’enseignement des faits religieux, et de renforcer l’appui aux écoles et établissements en matière de formation et d’accompagnement. Les nouvelles équipes académiques laïcité et fait religieux sont en effet chargées de prévenir et de réagir aux difficultés d’application du principe de laïcité que peuvent rencontrer les enseignants ou les chefs d’établissements. Ces équipes académiques expertisent les situations afin d’établir des stratégies pédagogiques pour former à l’esprit critique et à l’enseignement des faits religieux notamment, en lien avec l’équipe nationale « laïcité et fait religieux » qui répond à ses sollicitations, et le comité des sages placé auprès du ministre et chargé de préciser la position de l’institution scolaire en matière de laïcité et de fait religieux.

 

Langues régionales : Div Yezh mobilise les élus bretons

31 mars 2018

QUIMPER

mclbret

L’association des parents d’élèves des écoles publiques bilingues de Bretagne (Div Yezh Breizh) avait convié samedi les élus bretons (parlementaires, conseillers régionaux, départementaux et représentants des associations de maires) à une réunion de travail à
Quimper.

La réponse a été pour le moins limitée car seuls deux députés : Paul Molac (56) et Yannick Kerlogot (22) tous deux du groupe La République en Marche à l’assemblée nationale, un sénateur, Michel Canévet (UDI), la vice-présidente du Conseil départemental du Finistère chargé de la langue bretonne Solange Creignou (PS) et l’adjoint au maire quimpérois également en charge du dossier, Jean-Pierre Doucen (UDI), ont répondu.

Aucun député finistérien LREM n’a répondu à l’invitation, l’élue de la circonscription Annaig Le Meur se contentant de déléguer un attaché parlementaire. Généraliser l’offre Rémi Toulhoat, président de Div Yezh Breizh, a plaidé pour une généralisation de l’enseignement bilingue sur toute la Bretagne, à l’image de ce qui existe en Corse.

Car la dynamique est réelle. À la rentrée dernière, le taux de progression dans la filière bilingue publique a été de 7 %. « Il faudrait
une offre dans chaque commune bretonne ou des facilités pour les parents d’envoyer leurs enfants sur des sites proches, a-t-il expliqué.

C’est une question d’aménagement du territoire et de développement local ». Cette généralisation est, pour lui, indispensable pour l’avenir car elle porte ses fruits. « En Cornouaille jusqu’à la rentrée dernière, il y avait seulement un élève bilingue sur deux en primaire qui rejoignait une classe bilingue en 6e, faute d’offre suffisante.

L’an passé suite à l’ouverture de trois filières à Briec, Douarnenez, Pont-l’Abbé, on est passé à 90 %. Cela montre l’importance de l’offre de proximité pour la langue ». Il a ajouté que le Schéma pluriannuel départemental mis en place par le Finistère, devait être un modèle pour les autres départements.

Les parlementaires présents ont réaffirmé leur volonté d’agir pour que le gouvernement entende ces demandes.

Le Télégramme : Photo et texte Ronan Larvor

 

Mieux encadrer le régime d’ouverture des établissements privés hors contrat, Françoise Gatel à la tribune du Sénat

21 février 2018

SENAT

mcgat

Françoise Gatel, Sénatrice Union Centriste d’Ille-et-Vilaine, à la tribune du Sénat pour présenter la proposition de loi qu’elle a préparée, et que j’ai co-signée pour mieux encadrer le régime d’ouverture des établissements privés hors contrat.

Réponse du Conseil Régional de Bretagne au courrier de Michel Canévet : Lycée Jean Moulin à Plouhinec

29 décembre 2017

Réponse du Conseil Régional de Bretagne au courrier de Michel Canévet : Lycée Jean Moulin à Plouhinec

crrep1

crrep2Courrier de Michel Canévet du 13 décembre 2017 adressé au Conseil Régional de Bretagne (ci-dessous)

cm jean moulin.jpg