Question au Gouvernement de Michel Canévet au ministre de la santé : déserts médicaux et numerus clausus

13 septembre 2018

Question au Gouvernement

canevet1

M. Michel Canévet attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la problématique des « déserts médicaux » et le numerus clausus.

Instauré en 1971 par la ministre de la santé, Simone Veil, le numerus clausus désigne chaque année le nombre d’étudiants qui poursuivent leurs études après la première année commune aux études de santé (PACES). Ce sont ainsi 8 205 places qui ont été ouvertes pour l’année 2019, pour environ 60 000 étudiants inscrits. Nombreux sont ceux qui souhaitent, pour certains, une suppression pure et simple de ce mécanisme, considéré comme injuste et inefficace, pour d’autres, sa modification, comme le Président de la République qui, en juillet 2017, voulait mettre en place « des réformes structurelles pour rouvrir les numerus clausus qui ont construit cette rareté du personnel médical sur les territoires ».

Cette question est d’autant plus sensible qu’aujourd’hui de nombreux territoires sont considérés comme des « déserts médicaux ».

Ainsi, le 12 juin 2018, l’agence régionale de santé a dévoilé la carte des « déserts médicaux » bretons qui compte désormais trente-deux « zones d’intervention prioritaire » – essentiellement dans le centre de la Bretagne et les Côtes-d’Armor – recouvrant 10 % de la population bretonne contre 5,5 % dans le précédent zonage. Soixante-dix territoires sont classés en « zone d’action complémentaire ». Finalement, 42 % des Bretons vivent dans des zones de tension d’accès aux soins.

Certes, la fin « rapide » des déserts médicaux ne dépend pas uniquement du numerus clausus, d’autant plus qu’il faut une dizaine d’années pour former un médecin. Il existe en effet d’autres raisons qui peuvent expliquer ce phénomène, comme le manque d’attractivité des territoires, l’adaptation à l’évolution des conditions de travail et la conciliation entre vies professionnelle et personnelle.

Pour autant, une augmentation de ce numerus clausus, accompagnée d’un meilleur accueil des étudiants, pourrait permettre de répondre à l’évolution de leur temps de travail et donc permettre leur installation dans les « déserts médicaux ».

Il lui demande donc, au regard de cette situation, d’examiner les évolutions possibles du numerus clausus.

Publié le 13 septembre 2018, dans Actualités, Questions au Gouvernement, Santé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :